Liens d'accessibilité

Etats-Unis : Fiat prend contrôle de 20% du capital de Chrysler


La cession des principaux actifs de la compagnie automobile américaine Chrysler à l’Italien Fiat est achevée– la Cour suprême ne s’opposant plus à cette vente. Cette alliance va permettre à Chrysler d’avoir accès à la technologie de Fiat pour produire de petites voitures consommant peu.

Chrysler a mis, aujourd’hui, la dernière main à l’accord conclu avec Fiat : celui-ci donne au constructeur italien 20% du capital de la nouvelle société. Sergio Marchionne, PDG de Fiat, se retrouve à la tête du No3 de l’automobile américaine.

La caisse « assurance – santé et pensions » créée par le syndicat des travailleurs de l’automobile, l’UAW, aura une participation de 55% dans le capital de la nouvelle entreprise - les gouvernements américain et canadien ayant une participation moindre.

Par ailleurs, un tribunal aux Etats Unis a approuvé les plans de Chrysler de fermer près de 25% de ses points de vente, soit 790 au total ; ce que n’apprécient ses concessionnaires. « Il y avait une certaine méchanceté dans ce préavis de clôture de mon commerce. Vous savez, on nous traite comme moins que rien, ce n’est pas juste !... » s’insurge Stanley Balzekas, 85 ans, qui gère un point de vente Chrysler depuis des années, et qui dit avoir été informé, par courrier, qu’il devait mettre la clef sous le paillasson.

En attendant, les concessionnaires de Chrysler tentent de réduire leurs stocks, d’écouler autant de véhicules qu’ils peuvent. « Nous sommes propriétaires de toutes les voitures exposées ici. Nous les avons achetées et il nous faut les vendre à tout prix. Dans ces conditions, c’est un excellent moment pour l’achat d’une voiture », souligne Hunter Elkins, l’un de ces concessionnaires concernés.

Le gouvernement américain a dépensé des milliards de dollars pour le sauvetage de Chrysler et de General Motors, le No 1 américain de l’automobile, deux entreprises considérées d’une importance critique pour l’économie du pays.

XS
SM
MD
LG