Liens d'accessibilité

Le président Obama en Allemagne après son appel du Caire à un nouveau départ dans les relations avec le monde musulman


Le président des Etats-Unis, Barack Obama, est arrivé en Allemagne après avoir lancé, au Caire, un appel à un nouveau départ dens les relations avec le monde musulman, qui compte plus d’un milliard de fidèles. Barack Obama, qui se rendra également en france, rencontrera les leaders européens et prendra part aux cérémonies marquant le 65e anniversaire du débarquement allié en Normandie.

Dans un discours prononcé à l'université du Caire, jeudi, le chef de l'exécutif a dit vouloir mettre un terme à des années de suspiscion et de désaccords entre l'Amérique et le monde musulman. « Je suis venu ici au Caire pour chercher un nouveau départ dans les relations entre les Etats-Unis et les musulmans du monde entier; un départ basé sur le respect et l’intérêt mutuels et cette vérité que l’Amérique et l’Islam ne sont pas incompatibles, et n’ont pas besoin d’être en compétition », a déclaré le chef de l’exécutif américain à l’université du Caire.

«Je suis convaincu que, pour avancer, nous devons nous dire ouvertement les choses que nous avons sur le cœur, et qui ne sont souvent dites qu’à huis clos. Il doit y avoir un effort soutenu pour nous écouter mutuellement, pour apprendre les uns des autres, pour nous respecter mutuellement et chercher un terrain d’entente », a encore dit le président Obama.

Le chef de l’exécutif américain a évoqué sa propre perspective de chrétien comptant des musulmans dans sa famille et ayant passé sa jeunesse en Indonésie, pays à majorité musulman. « Cette expérience guide ma conviction qu’un partenariat entre l’Amérique et l’Islam doit être basée sur ce que l’Islam est, et non ce qu’il n’est pas. Et je considère que cela fait partie de mes responsabilités de président des Etats-Unis de lutter contre les stéréotypes négatifs à l’encontre de l’Islam partout où ils sont présents», a-t-il expliqué.

Pour le président Obama, les extrémistes exploitent les divergences et tuent des gens de diverses confessions dans plusieurs pays. « La foi éternelle de plus d’un milliard de personnes est tellement plus vaste que la haine étroite de quelques uns ; l’Islam ne constitue pas un problème dans la lutte contre l’extrémisme violent, c’est plutôt un élément important dans la promotion de la paix », a souligné le chef de l’exécutif.

Il est important de parler ouvertement de toutes les questions qui ont créé des frictions dans le passé, des guerres en Irak et en Afghanistan au processus de paix israélo-palestinien, a dit M. Obama. « Si nous voyons ce conflit d’un côté ou de l’autre seulement, alors nous seront aveugles face à la vérité. La seule solution est que les aspirations des parties se réalisent à travers deux Etats, où Israéliens et Palestiniens vivent en paix et en sécurité », a-t-il expliqué.

Les Palestiniens doivent renoncer à la violence et Israël à l’expansion des colonies, a affirmé le président Obama, ajoutant que les deux parties doivent honnêtement et ouvertement voir la situation telle qu’elle est. « De nombreux musulmans admettent en privé qu’Israël ne disparaîtra pas. De même, de nombreux Israéliens reconnaissent la nécessité d’un Etat palestinien. Il est temps pour nous d’agir en tenant compte de que chacun reconnaît comme étant la vérité », a déclaré le chef de l’exécutif américain.

M. Obama a fait remarqué qu'il a mis en oeuvre son plan de retirer les troupes américaines de l'Irak. Les Etats-Unis, a-t-il dit, veulent que leurs troupes déployées en Afghanistan regagnent également le pays. Toutefois, il se dit engagé à poursuivre la lutte contre les extrémisistes qui tuent les Américains et d'autres personnes dans ce pays. Citant le Coran, le président américain a dit que les Etats-Unis et le monde musulman doivent travailler ensemble pour confronter l'extrémisme sous toutes ses formes.

Barack Obama s’est aussi exprimé sur la nécessité de travailler ensemble pour endiguer la prolifération nucléaire, faisant spécifiquement allusion aux ambitions nucléaires iraniennes.

Il s’est franchement prononcé en faveur de la promotion de la démocratie, de la liberté religieuse et des droits des femmes. « Je rejette le point de vue de certains, en Occident, qu’une femme qui choisit de couvrir ses cheveux avec un voile est, d’une certaine manière, moins égale, mais je crois aussi qu’une femme à qui on refuse l’éducation se voit privée d’égalité », a expliqué le président Obama.

Avant son discours, le chef de l’exécutif américain s’était entretenu avec le président égyptien Hosni Mubarak et avait visité une mosquée. Après l’allocution à l’université du Caire, M. Obama s’est rendu dans la banlieue de la capitale égyptienne pour voir les pyramides.



XS
SM
MD
LG