Liens d'accessibilité

Une technique importée d’Amérique Latine aide à sauver les prématurés au Sénégal 


Chaque année, 7.000 bébés naissent au dispensaire de Guédiawaye au Sénégal, et un sur cinq est d'un poids insuffisant. Les incubateurs sont rares et les hospitalisations trop chères pour beaucoup de familles. Mais maintenant, les mères dont les bébés naissent prématurément apprennent à les sauver en utilisant une méthode importée d’Amérique Latine, et qui s’inspire d’un animal: le kangourou.

C’est en 1978, dans une maternité de Bogota, que le personnel a mis au point cette technique de « mère kangourou » pour suppléer aux pénuries d'incubateurs. Elle s’inspire donc de la poche de ces animaux, où le bébé kangourou achève sa croissance, puisqu’il n’est pas pleinement développé à la naissance.

En ce qui concerne les bébés prématurés, on attend après la naissance que l'état de l'enfant se stabilise, puis la mère et l'enfant prennent la position kangourou. L'enfant est placé entre les seins de la mère, en contact direct avec sa peau et tous deux doivent rester en position verticale 24 heures sur 24. La nuit, la maman dort à demi assise pour éviter les apnées de son nouveau-né. La mère sert au petit prématuré de source de chaleur. La technique permet en outre de renforcer les liens affectifs entre la mère et l'enfant.

Le Dr Ousmane Ndiaye, le néonatologiste qui a introduit cette méthode au Sénégal, fait valoir que depuis l’application de la méthode kangourou, le dispensaire de Guédiawaye n’a pas perdu un seul nouveau-né.

Les autorités sanitaires calculent qu’un nouveau-né sur 20 meurt en l'Afrique de l’Ouest et du Centre. C'est surtout en raison de la faiblesse de poids à la naissance suite aux naissances prématurées et aussi parce que les mères souffrent de la malaria, d'anémie et de la malnutrition. C’est dans cette région qu’on enregistre le plus haut taux de mortalité néo-natale au monde.

Comme les incubateurs sont difficiles à entretenir, la plupart des cliniques des pays en développement s’en privent. De toute façon, souligne le Dr Ndiaye, l’amour et la chaleur maternels semblent tout aussi efficaces, et ne coûtent rien.

Le Dr Ndiaye fait valoir que nombre de mères sont d’abord sceptiques quand ont leur mentionne la méthode kangourou. Mais elles peuvent elles-mêmes constater sur place les résultats. Et du coup, elles se convertissent.

XS
SM
MD
LG