Liens d'accessibilité

Poursuite des entretiens tripartites entre Obama, Karzaï et Zardari


Les États-Unis, le Pakistan et l’Afghanistan continuent leurs discussions sur la coopération militaire et économique après le sommet de leurs trois chefs d’État à Washington sur la lutte contre les Talibans et le réseau terroriste Al-Qaïda. Les consultations ont lieu alors que l’offensive contre la milice des Talibans s’intensifie sur le terrain au Pakistan et en Afghanistan.

Au Pakistan, les forces de sécurité poursuivent leurs bombardements des positions des Talibans dans la vallée de Swat dans le nord-ouest du pays. Mais dans le même temps, les autorités locales ont allégé le couvre-feu dans la région pour permettre à la population civile de fuir le théâtre des combats. Le nombre des déplacés est pour le moment nettement inférieur aux prévisions des agences humanitaires.

« Ce qui complique l’évaluation des chiffres concernés, c’est le fait que la plupart des déplacés n’ont pas pu quitter leur district d’origine » explique Sébastien Brack, porte-parole de la Croix-Rouge. « La plupart d’entre eux ont cherché refuge dans des familles résidant dans des villages proches. Ils ne parviennent pas aux camps que le gouvernement et les sociétés de la Croix et du Croissant Rouge sont en train d’établir », souligne M. Brack.

Les déplacés, eux, disent que les routes sont minées. Ce qui rend particulièrement difficile leur départ de la zone des affrontements.

En Afghanistan voisin aussi, la rébellion des Talibans s’intensifie. D’où la décision de Washington d’envoyer prochainement 21.000 soldats américains en renforts dans le pays pour appuyer les nombreuses opérations de la coalition dirigée par les États-Unis contre les rebelles. Les combats font parfois des victimes dans la population civile, ce qui entraine de vives protestations des populations affectées. On signalait par exemple ce jeudi de violentes manifestations dans la province occidentale de Farah, où des affrontements et des raids aériens américains au début de la semaine auraient causé la mort de dizaines de civils à Bala Bulak, selon les autorités locales.

Le secrétaire américain à la défense Robert Gates, en visite en Afghanistan, a fait état de l’envoi d’une commission d’enquête sur place. Il dit avoir des informations selon lesquelles les Talibans auraient tué des civils pour attribuer le blâme aux États-Unis.

XS
SM
MD
LG