Liens d'accessibilité

Mauritanie: des partisans de la junte exigent le départ d’un diplomate américain


Le chargé d’affaires de l’ambassade américaine n’est pas en odeur de sainteté auprès des partisans de la junte militaire au pouvoir en Mauritanie. Le diplomate américain a été accusé par un leader de l’opposition d’avoir voulu organiser une alliance contre la tenue de nouvelles élections. C’est le dernier épisode d’une série de récriminations entre Washington et Nouakchott.

Une agence Mauritanienne d’information a publiée une interview avec Ahmed Ould Dadah, leader de l’Union des Forces Démocratiques disant qu’il rejette une charte du Front national de défense de la démocratie, le front anti-putsch, parce que cette charte émanerait de l’ambassade américaine à Nouakchott pour rallier les partis politiques, la société civile et les syndicats contre les élections du mois prochain.

Ahmed Ould Daddah a nié ces propos en disant que c’est une tentative pour diviser l’opposition. Par contre, un député proche de putschistes, Yahyia Ould Abdul Khahar, soutient que le chargé d’affaires de l’ambassade américaine a proposé un soutien financier à Dadah afin qu’il se rallie à la charte du FNDD. Ainsi deux partis favorables au général Ould Abdel Aziz crient à l’ingérence et appellent le gouvernement à expulser du diplomate américain. Pour les partisans du général Ould Abdel Aziz, c’est encore une preuve que Washington essaie de saboter la présidentielle du 6 juin.

L’Ambassade américaine à Nouakchott a publié un communiqué réaffirmant ouvertement sa position au sujet du coup d’Etat du 6 août 2008, à savoir qu'elle demande le retour du président démocratiquement élu de Mauritanie. Le communiqué rejette les différentes accusations, insistant que l’ambassade américaine ne fournit aucun appui financier aux partis politiques ou organisations syndicale et qu’elle n’a pas reçu de telles demandes de leur part.

XS
SM
MD
LG