Liens d'accessibilité

Sommet des Amériques: le président Obama promet d’être à l’écoute des pays voisins


Le président des Etats-Unis, Barack Obama, prend part, à Port-of-Spain (Trinité-et-Tobago), au sommet de l’Organisation des Etats américains, où il exprimé l’espoir d’établir de nouveaux partenariats avec les pays des Amériques. Avant une réunion à huis clos, aujourd’hui, M. Obama a dit à la presse qu’il entend avoir des discussions productives pour déterminer comment la région peut œuvrer ensemble et de manière plus efficace.

Avant que les cameramen ne sortent de la salle, le président vénézuélien Hugo Chavez, un farouche adversaire des Etats-Unis, s’est approché du président Obama, lui a remis un livre et lui a serré la main. Intitulé « L’Amérique latine à veines ouvertes », le livre porte sur l’exploitation de cette région par les puissances étrangères.

Vendredi, les présidents Obama et Chavez ont échangé une poignée de main, le Vénézuélien disant à l’Américain: « je veux être votre ami. » Pour sa part, le président Obama a appelé à un nouveau départ dans les relations entre les Etats-Unis et Cuba, pays qui n’est pas représenté au sommet de Port-of-Spain. La Havane est disposée à discuter de toute question avec Washington, a fait savoir, de son côté, le président cubain Raul Castro. Certains leaders latino-américains présents à Port-of-Spain ont demandé au président Obama de lever les sanctions contre Cuba. Selon un responsable américain, le président Obama a assuré ses homologues que les Etats-Unis et Cuba sont "sur la voie du changement", mais a fait remarquer que le processus démocratique ayant permis l'élection de ces homologues n'existe pas, pour l'heure, à Cuba.

Les Etats-Unis viennent de lever les restrictions imposées aux Cubains-Américains concernant les voyages et les transferts d’argent à Cuba. Toutefois, l’embargo commercial contre l’île demeure en place. En dehors de Cuba, le président Obama a annoncé une nouvelle initiative pour accroître les prêts et accélérer la croissance et la relance économiques dans les Amériques. Il a également appelé à un nouveau partenariat régional pour s’attaquer aux défis énergétiques et climatiques.

Hier, d’autres leaders de la région se sont exprimés sur divers sujets. Le Premier ministre de Belize, Dean Barrow, a averti que le nombre des pauvres augmentera si la crise économique mondiale se poursuit. Il a appelé à une réforme du système financier international. La présidente argentine Cristina Fernandez a, de son côté, imputé la responsabilité de la crise aux Etats-Unis, mais pas au président Obama. Pour sa part, le président Daniel Ortega du Nicaragua a dénoncé l’embargo américain contre Cuba et déploré l’exclusion de Cuba de l’Organisation des Etats américains.

Le président de l’Organisation des Etats américains, Jose Miguel Insulza, a, de son côté, fait savoir qu’à l’assemblée générale de cette organisation prévu en juin, au Honduras, il demandera au groupe de réadmettre Cuba en son sein. L’organisation a suspendu Cuba en 1962, ayant décidé que le gouvernement communiste de Cuba violait sa charte.

XS
SM
MD
LG