Liens d'accessibilité

Un Tchadien de Guantanamo se confie à Al-Jazira 


Un jeune prisonnier tchadien de la prison américaine de Guantanamo Bay à Cuba a dit qu’il a été maltraité dans ce centre de détention par des gardes. Mohammed el-Gharani s’est confié à la chaine Al-Jazira en profitant de l’appel téléphonique auquel il a droit chaque semaine depuis Guantanamo même, pour s’entretenir avec sa famille.

D’après une transcription de l’interview, le prisonnier a affirmé avoir été sévèrement battu. De surcroît, du gaz lacrymogène aurait été jeté dans sa cellule, après qu’il ait refusé de la quitter. Les bastonnades auraient commencé une vingtaine de jours avant l’arrivée à la Maison-Blanche du président Barack Obama et auraient continué depuis.

Un porte-parole de Guantanamo, Brook Dewait, a nié ces allégations, ajoutant que M. el-Gharani n’avait apporté aucune preuve de ses dires. Les prisonniers de Guantanamo sont traités de façon humaine, a-t-il ajouté. Le Pentagone ne permet pas qu’ils soient interviewés, mais un grand nombre d'entre eux ont parlé à la presse une fois relâchés.

El Gharani est détenu depuis 7 ans à Guantanamo, où il est arrivé à l’âge de 15 ans. En janvier, un juge américain a ordonné sa libération, jugeant insuffisantes les accusations de l'armée américaine contre lui. Depuis, il réside dans une section de Guantanamo pour les prisonniers dont la remise en liberté est imminente, en attendant de savoir où le Pentagone l’enverra. Le président Obama a donné l’ordre de fermer Guantanamo d’ici à la fin de l’année. Quelques 250 suspects y sont toujours retenus.

XS
SM
MD
LG