Liens d'accessibilité

Burundi : la société civile s’insurge contre l’assassinat d’Ernest Manirumva


La société civile dénonce l’assassinat d’Ernest Manirumva, vice-président l'Observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques (Olucome.) Le corps sans vie de la victime a été retrouvé jeudi matin, à son domicile, à Bujumbura. Les auteurs du crime courent toujours. Il semble que son meurtre soit lié au travail qu’il effectuait. Il avait récemment enquêté sur l’attribution de marchés publics.

« Ce qui nous a étonnés, c’est que même le président de l’Olucome avait été menacé – parce qu’il a pris fuite pendant quelques jours – il avait dénoncé justement qu’il était aussi recherché », a indiqué Pierre Claver Mbonimpa, président de l’Association pour la promotion des droits de l’Homme et des prisonniers. Le gouvernement doit faire la lumière sur cette affaire, d’autant plus que des agents de l’ordre ont été impliqués dans de tels assassinats par le passé, a-t-i souligné.

C’est aller vite en besogne que d’accuser le gouvernement, a répondu Philippe Nzohonariba, porte-parole du gouvernement. Les enquêtes sont en cours et il faut attendre d’en connaître les conclusions avant de lancer des accusations, a-t-il dit. « Si on commence à orienter les responsabilités vers le gouvernement, ceux-là mêmes dont les dossiers sont gênants vont commencer à se frotter les mains », a déclaré M. Nzohonariba.

XS
SM
MD
LG