Liens d'accessibilité

Cuba souhaite des « relations diplomatiques normales avec les Etats-Unis », affirment des législateurs africains-américains rentrés de La Havane


Les députés du Black Caucus, le groupe parlementaire africain-américain au Congrès, viennent d’avoir des consultations à la Havane avec les leaders cubains, notamment le président Raul Castro et son frère Fidel Castro. « Cuba souhaite des relations diplomatiques normales avec les Etats-Unis et estime que l’avènement d’une nouvelle administration à Washington offre la possibilité d’un changement de politique américaine envers La Havane », ont-ils fait savoir.

Trois membres du Black Caucus ont eu mardi le premier entretien entre des officiels américains et Fidel Castro depuis que ce dernier a renoncé à la présidence pour raison de santé après des décennies à la tête de Cuba. La députée de Californie Barbara Lee dit avoir trouvé le leader cubain en bonne santé, très cohérent et fidèle à ses principes. « Il a toujours été aimable, très spécifique, clair, bavard et énergique. Il a des idées hardies. Mais il a toujours dit que le peuple cubain est l’ami du peuple américain et qu’il souhaite des relations bilatérales normales », a déclaré madame Lee.

Sa collègue de Californie Laura Richardson a été impressionnée, elle, par le fait que Fidel Castro connaissait son nom et semblait très au courant de l’actualité américaine. « J’ai vraiment été époustouflée quand il s’est penché vers nous, qu’il nous a regardées directement dans les yeux, et qu’il nous a dit : Comment puis-je être utile ? Comment puis-je aider le président Obama ? », a rapporté la députée Laura Richardson.

La réunion avec Fidel Castro a eu lieu au lendemain des consultations entre la délégation du Black Caucus au complet, soit sept parlementaires, et le président Raul Castro, le frère de l’ex-leader maximo, qui lui a succédé au pouvoir. La députée Barbara Lee souligne que le groupe parlementaire africain-américain ne s’est pas rendu à Cuba pour négocier, mais pour s’informer dans le but d’offrir par la suite des suggestions à l’administration Obama.


« Nous sommes convaincus que le gouvernement cubain - et le président Raul Castro l’a dit lui aussi - est prêt à discuter de tout, que tout est sur la table de négociation, discussion et dialogue sans condition préalable, dans le respect mutuel et la reconnaissance de la souveraineté des deux parties », a souligné la députée Barbara Lee.

Pour Mme Lee, l’embargo américain contre Cuba, qui dure depuis près de 50 ans, n’a pas obtenu les résultats escomptés. Il est plus que temps de changer la politique américaine à l’égard de l’ile antillaise. La députée Lee a déposé dans ce but à la chambre des représentants un projet de loi visant à lever l’interdiction faite aux Américains de visiter Cuba.

XS
SM
MD
LG