Liens d'accessibilité

Mauritanie: le Conseil de paix et de sécurité renforce les sanctions contre la Mauritanie


Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a décidé, mardi, de sanctionner nommément les membres de la junte ayant renversé le président démocratiquement élu, Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi. « Nous avons réaffirmé que nous prendrons des sanctions à l’égard des gens au pouvoir, civils et militaires, impliqués dans ce renversement de régime », a dit l’ambassadeur du Bénin, Edouard Aho-Glélé, président du CPS, que cite l’AFP.

Par cette décision, le Conseil prend le contre-pied des récentes déclarations du président en exercice de l’Union africaine, le leader libyen Moammar Kadhafi, qui avait laissé entendre que le dossier mauritanien était clos et que les sanctions devaient être levées.

Sur le terrain, le général Mohamed Abdel Aziz effectue tournée sur tournée à l’intérieur du pays, comme s’il avait déjà commencé à battre campagne. Pour Ismaïla Ould Amar, vice-président du Rassemblement de Forces Démocratiques (RFD) d’Ahmed Ould Daddah, le général Abdel Aziz est en campagne alors qu’une telle action unilatérale est « inappropriée et inacceptable. »

Le vice-président du RFD a rappelé que la Convention africaine adoptée par le parlement mauritanien en 2008 interdit aux militaires coupables d’actes anticonstitutionnels de se présenter aux élections. Pour ce qui de l’appel de Moammar Kadhafi à lever les sanctions, Ismaïla Ould Amar a rappelé que les sanctions ne sont pas du ressort du président en exercice de l’Union africaine, mais du Conseil de paix et de sécurité qui, fait-il remarquer, vient de les renforcer.

XS
SM
MD
LG