Liens d'accessibilité

Le Congrès de plus en plus inquiet des violences à la frontière avec le Mexique


Les parlementaires américains des Etats limitrophes du Mexique sont de plus en plus préoccupés. Le président mexicain Felipe Calderon a renforcé la présence militaire dans le nord du pays, où les règlements de comptes entre cartels font chaque jour des dizaines de morts. Quarante-cinq mille soldats mexicains sont déployés le long de la frontière avec les Etats-Unis, où ils mènent une lutte de plus en plus acharnée contre les trafiquants de drogue.

A Washington, le Congrès multiplie les audiences pour déterminer les mesures prises par les diverses agences fédérales, notamment pour enrayer le trafic d'armes entrant au Mexique en provenance des Etats-Unis, et à destination des cartels de la drogue qui exportent leurs stupéfiants en Amérique du Nord.

« Les Etats-Unis et ce Congrès ne peuvent pas ignorer le rôle que nous devons jouer pour aider notre voisin et allié dans ce combat, et bien sûr dans la prévention de la violence qui gagne les Etats-Unis » a déclaré la députée Loretta Sanchez de Californie.

De son côté, Mark Souder, principal député républicain siégeant à la sous-commission de la Sécurité intérieure frontalière à la Chambre des représentants, estime que la guerre des cartels mexicains menace les villes et États frontaliers du Mexique. Les répercussions, ajoute-t-il, se font sentir bien au-delà de la frontière.

« Les conséquences de la vulnérabilité continue le long de la frontière sont évidentes dans la criminalité violente et les décès liés à la drogue, aux États-Unis » affirme le député Souder.

D’où son désir, et celui des autres parlementaires américains, de voir le Congrès renforcer les pouvoirs du ministère de la Sécurité intérieure, afin qu’il puisse lutter contre la criminalité et appuyer le gouvernement mexicain. Car en dépit de tous ses efforts, le gouvernement Calderon semble dépassé, les cartels ayant recours à des violences inouïes pour protéger leurs trafics et leurs profits, fait valoir le député Bennie Thompson, président de la commission de Sécurité intérieure au Congrès.

M. Thompson a rappelé que le président mexicain a également obtenu en 2008 l'approbation par le Congrès de l'Initiative Mérida, une enveloppe destinée à aider le Mexique dans sa lutte contre les cartels. Quelques 197 millions de dollars ont été déboursés en décembre 2008, a-t-il souligné. Et puis Washington a signé avec le Mexique et les pays d’Amérique centrale un pacte de coopération sécuritaire impliquant des fonds pour la formation, l’équipement et les services de renseignement, en vue de lutter contre le trafic des stupéfiants, les crimes transnationaux et le blanchiment de l’argent sale.

Un diplomate américain en poste au Mexique, Alonzo Pena, fait valoir qu’en désorganisant le trafic, le gouvernement mexicain a aussi fait exploser la violence entre bandes rivales. Une opinion partagée par le vice-amiral Roger Rufe, un haut responsable du ministère de l’Intérieur.

Le président Barack Obama, quant à lui, ne pense pas que la solution soit de militariser la frontière, en y déployant la Garde Nationale, comme le réclame un nombre croissant de responsables, affirme son porte-parole Robert Gibbs. Néanmoins, M. Obama et la secrétaire à la Sécurité intérieure Janet Napolitano continueront d’étudier cette option, a-t-il ajouté.

XS
SM
MD
LG