Liens d'accessibilité

Le chômage américain à son plus haut niveau depuis 1983


Le taux de chômage aux États-Unis a bondi en février de 0,5% par rapport au mois précédent, pour atteindre 8,1%, un niveau qui n’avait plus été vu depuis 25 ans, alors que le Congrès américain se penche sur un projet de loi visant à stabiliser le secteur de l’immobilier. Ce sont, au total, 651 000 emplois qui se sont évaporés en février, selon le département du Travail, une baisse conforme aux prévisions des analystes américains.

Pour la présidente de la Commission économique conjointe du Congrès américain, la députée Carolyn Maloney, ces pertes « font mal aux tripes ». L’économie américaine a perdu 4,4 millions d’emplois depuis le début de la récession en décembre 2007, a-t-elle rappelé.


Parmi les autres mauvaises nouvelles: le nombre des mises en faillite a dépassé le million en 2008, soit une progression de 31% par rapport à 2007. Par ailleurs, alors que le président Barack Obama a annoncé un plan de 275 milliards de dollarsd’aides au marché du crédit immobilier, la « Mortgage Bankers Association », l'association de banques de crédit immobilier, signale que près de 13% des foyers endettés, soit un sur 8, ont terminé l'année 2008 en retard de paiement sur leurs prêts immobiliers ou sous le coup d'une procédure de saisie.


Jeudi, la Chambre des représentants a adopté un projet de loi autorisant les juges des faillites à réduire en dernier ressort le montant des dettes accumulées par des propriétaires incapables de rembourser leurs hypothèques. Reste à voir si le Sénat suivra, ce qui permettrait pour la première fois aux juges d’effacer une partie des dettes contractées par les particuliers pour le financement d'une résidence principale.

« Il y a plusieurs facteurs dans le redressement économique qui doivent être considérés. Certainement, ce serait bon pour l’économie qu’on s’attaque à la crise du logement et a celle des saisies de logement pour défaut de paiement » a déclaré la présidente de la chambre des Représentants, Nancy Pelosi.

Par ailleurs, le président Obama s’est attaqué à un autre obstacle majeur à la croissance: la réforme du système de santé, les États-Unis étant la seule grande puissance industrielle sans programme d’assurance-maladie universelle.

A l’occasion d’un forum ici à Washington, M. Obama a présenté cette réforme comme une nécessité économique autant que sociale. « Si nous voulons créer des emplois et reconstruire notre économie, et reprendre le contrôle de notre budget fédéral, il faut s'attaquer au coût exorbitant du système de santé cette année, sous cette administration », a dit M. Obama.

XS
SM
MD
LG