Liens d'accessibilité

Le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon appelle à la fin des  violences contre les femmes et les jeunes filles


Dans un discours prononcé en rapport avec la Journée internationale de la femme du 8 mars, le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a appelé à accentuer l'action internationale contre la violence faite à l'égard des femmes et des jeunes filles.

M. Ban s’est exprimé avec conviction. « La violence contre les femmes ne peut être tolérée, sous aucune forme, dans aucun contexte, aucune circonstance, de la part d’aucun dirigeant politique ou gouvernement » a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, qui rentrait d’une tournée en Afrique, au cours de laquelle il a fait escale en République Démocratique du Congo (RDC), pays où l’on use du viol comme arme de guerre.

« La violence contre les femmes est une abomination. Je souhaite la qualifier de crime contre l’humanité » a ajouté M. Ban.

Dans son discours, le secrétaire général de l’ONU a évoqué sa rencontre avec une jeune fille de 18 ans, dans un hôpital de Goma. « Alors qu’elle fuyait les combats qui ont détruit son village, elle a été violemment et brutalementviolée par quatre soldats à la pointe d’un revolver. Les médecins de l’hôpital peuvent soigner ses blessures. Mais peuvent-ils soigner son âme ? » a demandé M. Ban.

Le secrétaire général de l’ONU a ajouté avoir évoqué ces atrocités inexprimables lors de sa rencontre avec le président congolais Joseph Kabila.

« Le fait est que 80% des violences sexuelles sont le fait de groupes armés ou de rebelles. Mais j’ai dit au président Kabila que ce n’est pas une excuse. En tant que dirigeant du pays – dirigeant souverain d’un pays souverain – il doit être responsable à chaque fois que ces violences sexuelles surviennent » a dit M. Ban.

Selon les Nations Unies, une femme sur cinq de par le monde sera violée, ou victime d’une tentative de viol. Dans certains pays, une femme sur trois est battue ou subit d’autres sévices. Souvent, les coupables restent impunis.

S’attaquer aux femmes, c’est comme s’attaquer à la société, a ajouté le secrétaire général de l’ONU, les femmes étant l’un de ses piliers. Et M. Ban a appelé les hommes, comme les femmes, à s’unir pour promouvoir la non-violence.

XS
SM
MD
LG