Liens d'accessibilité

Premier budget d’Obama : un déficit vertigineux pour sortir le pays de la crise


Le président Barack Obama a dévoilé aujourd’hui son projet de budget pour l’année fiscale 2009-2010, qui débutera le 1er octobre. Le projet de loi de finances, présenté à la Maison-Blanche, prévoit un déficit budgétaire de 1.750 milliards de dollars pour la prochaine année fiscale, sur un budget de plus de 3.000 milliards de dollars. Ce qui signifie que le déficit représentera 12,3% du produit intérieur brut (PIB), soit le chiffre le plus élevé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Il s’agit du court terme, a fait valoir M. Obama, en annonçant son intention de réduire de moitié le déficit américain d'ici à 2013.

« Même si nous devons ajouter au déficit dans le court terme pour fournir une aide immédiate aux familles et relancer l’économie, ce n’est qu’en rétablissant la discipline fiscale à long terme que nous pourrons produire une croissance soutenue et une prospérité partagée » a déclaré le président Obama.

Pour la première fois, a souligné le chef de l’exécutif, l'effort de guerre en Irak et en Afghanistan est inclus dans le budget.

« Pendant trop longtemps notre budget n’a pas dit toute la vérité sur la façon dont nos impôts précieux sont dépensés. De larges sommes n’ont jamais figuré dans les comptes, dont le vrai coût des guerres en Irak et en Afghanistan », a dit M. Obama.

On connaitra dorénavant clairement le coût des deux conflits, même si le président entend ramener l’effort de guerre à 130 milliards de dollars en 2010, et 50 milliards les années suivantes.

M. Obama a rappelé qu’il a hérité d’un déficit de plus de mille milliards de dollars de son prédécesseur, le républicain George W. Bush. Néanmoins, la nouvelle administration doit faire le nécessaire pour que le pays aille de l’avant, a-t-il ajouté.

« Nous allons éplucher nos comptes, page par page, ligne par ligne, pour éliminer le gaspillage et les déficiences. C’est un processus qui prendra un certain temps, mais au cours des seuls derniers 30 jours, nous avons déjà identifié pour 2.000 milliards d’économies qui nous permettront de réduire de moitié le déficit d’ici à la fin de mon premier mandat » a affirmé le président américain.

Parmi les mesures envisagées : une hausse d’impôts pour les Américains gagnant plus de 250 000 mille dollars par an. De surcroît, le dispositif d’allègement de la fiscalité mis en place sous l’administration Bush sera abandonné en 2010, date à laquelle il aurait du être renouvelé.

Le président prévoit également l'abandon progressif des aides aux producteurs agricoles aisés et à certaines sociétés agroalimentaires. Bonne nouvelle pour les producteurs africains: le chef de l’exécutif propose de supprimer des subventions pour le stockage du coton.

XS
SM
MD
LG