Liens d'accessibilité

Lancement au Sénégal d’une nouvelle formule pédiatrique du médicament antipaludique Coartem


A l’occasion d’une conférence de presse, les laboratoires suisses Novartis et l’ONG Medecines for Malaria Venture ont expliqué que la formule pédiatrique du Coartem s’est avérée aussi efficace que la version adulte. Elle aurait fait l’objet d’essais en Tanzanie, sous forme de pastilles parfumées qui peuvent être dissoutes dans l’eau et se transformer en boisson fruitée. Auparavant, les enfants avaient fréquemment boudé le médicament, du fait de son gout amer.

Le paludisme reste l’une des maladies les plus mortelles d’Afrique subsaharienne. Le Fonds des nations unies pour l’enfance (UNICEF) lui attribue prés de 20% des décès des enfants de moins de cinq ans dans la région.

Ce nouveau médicament est une nette avancée, explique Gianfranco Rotigliano, directeur pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre à l’Unicef. Mais encore faudra-t-il organiser une campagne bien coordonnée pour assurer sa distribution, ce qui sera tout aussi important.

Selon les experts, ces campagnes de distribution de nouveaux médicaments sont surveillées de près. Car il faut notamment que les enfants les prennent pendant trois jours consécutifs pour guérir. En cas d’interruption du traitement, la maladie peut revenir. Ce qui explique les efforts de Novartis pour former le personnel soignant quant au bon déroulement du traitement.

L’enjeu est important, reconnait la ministre de la Santé sénégalaise Safiatou Thiam Sy. Traiter les enfants contre le paludisme est la clé du développement du Sénégal, a-t-elle déclaré.

L’Unicef estime que le paludisme réduit de 1,3% le produit intérieur brut des pays d’Afrique subsaharienne les plus lourdement affectés par cette maladie. Pour la vaincre, il faudra combiner tous les traitements disponibles avec une distribution plus élargie des moustiquaires imprégnées d’insecticides, ajoute l’organisation onusienne.

XS
SM
MD
LG