Liens d'accessibilité

Etats-Unis : le président Obama s’apprête à signer le plan de relance de l’économie nationale


Le président Barack Obama signera cette semaine, à Denver, dans l’Etat du Colorado, le plan de relance de l’économie d’un montant de 790 milliards de dollars, la plus grosse enveloppe budgétaire jamais votée par le Congrès américain.

Le principal conseiller du président, David Axelrod, a souligné que ce vaste plan de relance est à la mesure des problèmes économiques dont souffre le pays. Il prédit que l'initiative aura un impact dans les plus brefs délais, mais il tempère en disant qu’il sera difficile de remédier à tous les maux économiques qui se sont accumulés au cours des dernières années. « Comme vous le savez, ce train de mesures contribuera à financer des programmes d’infrastructure et d’autres projets qui sont prêts à être mis en chantier. Mais cela va prendre un certains temps pour que cela apparaisse dans les statistiques », a-t-il ajouté.

Dans une interview à la chaîne de télévision Fox hier, David Axelrod, a affirmé qu’il faut une action énergique pour enrayer le déclin économique. « Nous traversons la pire récession depuis la 2ème Guerre mondiale. Cela a pris du temps pour nous amener dans ce marasme, cela prendra du temps pour en sortir », a-t-il expliqué.

La signature officielle du plan de relance économique ne se fera pas à la Maison-Blanche, comme à l’accoutumée, mais à Denver dans le Colorado. Le porte-parole de la Maison Blanche, Robert Gibbs, précise que ce choix illustre le souci du chef de l’exécutif d’entendre ce que les Américains ont à dire hors de la capitale fédérale. Selon Gibbs, le président « veut sortir de Washington et montrer aux Américains, à travers tout le pays, les avantages contenus dans ce plan de relance et d’investissements. »

Le porte-parole de la présidence américaine a précisé à la chaîne de télévision CBS que M. Obama profitera de l’occasion pour dévoiler, à Denver, les mesures qu’il entend prendre pour s’attaquer à la crise des prêts hypothécaires. Il a ajouté que le chef de l’exécutif continuera de consulter les républicains au Congrès, même si le plan de relance n’a été voté par aucun député républicain et seulement par trois sénateurs de ce même parti.

Mais les républicains sont encore furieux à l’idée que ce plan a été adopté précipitamment, sous la pression de la Maison-Blanche et de la majorité démocrate au Congrès. « Il n’y a rien de bipartisan dans ce processus. Ce n’est pas le genre de changement qu’on nous avait promis », a fait remarquer le sénateur Lindsey Graham de Caroline du Sud à la chaîne de télévision ABC. Graham a dit toutefois espérer que les deux camps pourront se rapprocher lors du débat sur la crise des prêts hypothécaires.


XS
SM
MD
LG