Liens d'accessibilité

La juge de la Cour suprême, Ruth Bader Ginsburg, opérée d’un cancer


La seule femme à siéger à la Cour suprême des États-Unis, Ruth Bader Ginsburg, a été opérée jeudi d’un cancer du pancréas détecté lors d’une visite médicale de routine.

Selon son chirurgien, elle devrait rester hospitalisée entre 7 à dix jours au Memorial Sloan-Kettering Cancer Center à New York. Dans un communiqué, la Cour suprême a précisé qu’il s’agissait d’un cancer à un stade précoce. Néanmoins, le cancer du pancréas est l'un des plus mortels. Moins de 5% des malades en moyenne survivent cinq ans après le diagnostic.

A la Maison-Blanche, le porte-parole Robert Gibbs a dit avoir informé le président Barack Obama de la situation.

« J’ai annoncé au président que la Juge Ginsburg avait été opérée d’un cancer du pancréas. Il pense à elle et à sa famille, et prie pour eux. Nous espérons qu’elle se remettra rapidement » a déclaré M. Gibbs.

Mme Ginsburg, qui est âgée de 75 ans, avait été nommée à la Cour suprême en 1993 par l’ancien président démocrate Bill Clinton.

Andrew Cohen, analyste juridique pour la chaîne de télévision CBS, rappelle que Mme Ginsburg fait partie, au sein de la Cour suprême, du groupe des quatre juges ayant des positions progressistes, face à quatre autres juges plus conservateurs et du juge Anthony Kennedy, plus indépendant.

« Elle a voté de façon fiable du côté des progressistes, depuis sa nomination par le président Clinton en 1993. A cette époque, elle était la seconde femme à siéger à la Cour suprême, Sandra Day O’Connor étant le première », a déclaré M. Cohen. « Elle s’est opposée aux politiques du président Bush sur le terrorisme, l’économie et dans des cas concernant les sociétés », ajoute le juriste.

Les neuf sages de la Cour suprême sont nommés à vie par le président des États-Unis, mais leur nomination doit être ratifiée par le Sénat.

Durant ses 8 ans à la Maison-Blanche, l’ancien président George Bush a pu nommer deux juges. Le président de la Cour suprême John Roberts, en 2005, suite au décès de William Rehnquist, et le juge Samuel Alito en 2006, après le départ à la retraite de Mme O’Connor.

Ces dernières années, la Cour suprême est restée souvent divisée entre ses membres conservateurs et progressistes, rendant beaucoup d’arrêts par une faible majorité de 5 à quatre. Les conservateurs ont fréquemment prévalu, mais avec l’élection du président Obama, les libéraux se reprennent à espérer. Pendant sa campagne pour l’élection présidentielle de novembre 2008, le chef de l’exécutif avait à plusieurs reprises exprimé le souhait de nommer un juge progressiste. Si Mme Ginsburg venait à prendre la décision d’abandonner ses fonctions, il pourrait alors tenir ses promesses.

XS
SM
MD
LG