Liens d'accessibilité

Etats-Unis: un professeur rwandais suspendu après des accusations d’implication dans le génocide


Un professeur rwandais enseignant aux Etats-Unis a été suspendu de ses fonctions après une plainte de son gouvernement l’accusant d’avoir joué un rôle dans le génocide de 1994 au Rwanda. Léopold Munyakazi enseignait le français à l’université Goucher du Maryland. Les autorités universitaires disent avoir pris cette décision par mesure de précaution en attendant qu’une enquête soit menée à son sujet.

M. Munyakazi est recherché par les autorités rwandaises, tout comme deux autres Rwandais résidant aux Etats-Unis et que Kigali accuse d’être membres des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), les miliciens hutus rwandais opérant dans l’Est du Congo. Il s’agit de Jean Marie Vianney Higiro, professeur à Western New England College, à Springfield, dans le Massachussetts, et Félicien Kanyamibwa qui travaillait jusqu'à tout récemment dans un grand laboratoire pharmaceutique.

« Ces deux personnes sont effectivement listées sur la liste des responsables qui sont en action, en activité au niveau des FDLR et, en tant que tels, après la résolution 1804 du Conseil de sécurité, le Rwanda a demandé qu’ils soient sanctionnés », a expliqué l’ambassadeur du Rwanda à l’ONU, Joseph Sengimana.

Contrairement à ce qu’affirme l’ambassadeur, Léopold Munyakazi affirme n’avoir jamais été notifié d’un quelconque mandat d’arrêt ou d’extradition.Il dit avoir été, lui-même, persécuté par les miliciens interahamwe durant le génocide rwandais. M. Munyakazi a rejeté comme infondées les accusations du gouvernement contre lui. « Ils me persécutent précisément parce que j’ai tenu, dès le départ, à révélé la vérité de ce qui s’est passé au Rwanda en disant que chacun a eu sa part de responsabilité, qu’il ne s’agit pas d’adopter une attitude manichéenne », a-t-il déclaré.

XS
SM
MD
LG