Liens d'accessibilité

Ouverture à Washington du salon de l'automobile


Ouverture mercredi à Washington du Salon automobile. Une manifestation particulièrement importante cette année car les constructeurs ont du mal à vendre leurs modèles, en raison d’un climat économique très difficile.

Plus de 700 modèles sont exposés à ce salon. Le président du comité d’organisation de ce salon, John Ourisman s’est dit optimiste.

« On attend la visite de représentants des ministères du travail, de l̀’énergie. Nous pensons qu’au moment où l’on parle du sauvetage de certains secteurs de l’industrie, de l’importance de l’emploi, l’administration Obama s’intéresse beaucoup à ce salon de l’Auto », a-t-il déclaré.

Ce salon intervient à un moment critique, car depuis l’an dernier, les grands constructeurs automobiles de Detroit mais aussi les firmes étrangères enregistrent des pertes records.

Au salon de Washington, les dirigeants d’entreprise discutent du pour ou contre des diverses solutions offertes pour réduire la consommation d’essence des véhicules . On écoute

« Il nous faut une politique, en matière d’énergie, qui permette d’amorcer la transition entre ce qui se fait maintenant et ce que l’on souhaite faire, à l’avenir » estime Johan de Nysschen, responsable pour l’Amérique du constructeur allemand Audi. « L’idée selon laquelle une seule et unique technologie fournirait la réponse, dans l’immédiat, est une erreur », ajoute-t-il.

Que l’on choisisse de produire des véhicules marchant au gaz naturel, des voitures électriques ou encore des versions hydrides faisant appel à ces deux modes de propulsion, il est capital de faire le bon choix, fait observer Britta Gross, un responsable du géant américain de l’automobile General Motors.

« C’est difficile, certes. Il faut faire un gros pari sur ces solutions et nous n’avons pas beaucoup d’argent à notre disposition pour cela » dit-il. General Motors a déjà investi un milliard de dollars dans la mise au point d’un prototype de voiture électrique.

Pour l’instant, le problème majeur reste l’état de l’économie, en récession. Gerard Murphy, qui représente les concessionnaires automobiles de la région de Washington, espère que le salon permettra de relancer la demande.

« Je pense que quelque chose comme ce salon va doper les ventes. Le consommateur va venir voir les nouveaux modèles et cela va l’inciter à acheter » souligne-t-il.

Mais ce salon de Washington ne peut, à lui seul, résoudre tous les problèmes du secteur automobile. L’avenir de ce secteur dépend de la rapidité de la relance de l’économie. De l’avis des experts, on peut s’attendre à une légère reprise des ventes au second semestre de cette année.

XS
SM
MD
LG