Liens d'accessibilité

Un islamiste modéré élu président somalien


Le dirigeant islamiste modéré Cheik Sharif Ahmed a été élu président somalien à Djibouti par le Parlement de transition nouvellement élargi pour inclure son parti. Sa victoire ouvre la voie à la formation d'un gouvernement d'union nationale dans ce pays de la Corne de l'Afrique déchiré par la guerre civile.

Au second tour du vote, M. Sharif a reçu 293 voix contre 126 pour Maslah Mohammed Siad Barré, fils de l’ancien dirigeant Mohamed Siad Barré. Il succède à Abdullahi Yusuf Ahmed, un ancien chef de guerre qui a démissionné en décembre dernier sous pression de la communauté internationale, n’ayant pas réussi en quatre ans à reprendre le contrôle de son pays en proie à une insurrection islamiste.

M. Sharif est le dirigeant de l'Alliance islamiste pour une nouvelle libération de la Somalie (ARS) et en 2008, il avait signé un accord de partage du pouvoir avec le gouvernement transitoire somalien lors de pourparlers de paix à Djibouti sous l’égide des Nations-Unies.

Le nouveau président devait se rendre immédiatement dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba, théâtre ce week-end d’un sommet de l’Union africaine (UA). Il est confronté à une tâche immense, puisque l’Etat de droit n’existe plus en Somalie, où la violence règne depuis 20 ans. M. Sharif a appelé les factions armées à rejoindre le processus de paix. A noter que les milices islamistes radicales « Shebab », responsables d’une grande partie des violences, et les conservateurs au sein de l’ARS ont rejeté l’accord de paix signé par M. Sharif.

Les Etats-Unis se sont félicités de l’élection de M. Sharif. Dans un communiqué publié par l’ambassade américaine au Kenya, l’administration Obama a dit qu’elle se félicitait à l’avance de coopérer avec ses efforts pour rétablir la paix et la démocratie en Somalie.

XS
SM
MD
LG