Liens d'accessibilité

Etats-Unis : du pain sur la planche pour le président Obama au cours de ses 100 premiers jours


Le président Obama va devoir gérer un mélange de problèmes résiduels et d’initiatives venant de sa part. Dès le 7 novembre il avait annoncé que sa priorité serait d’amener le Congrès à légiférer pour endiguer la crise économique. « Un accent particulier sera mis sur l’extension des bénéfices d’assurance–chômage pour les travailleurs qui n’arrivent pas à se trouver un emploi. Il faut un plan de relance fiscale qui va faire redémarrer la croissance tant attendue », a-t-il déclaré, précisant qu’il en avait parlé au cours des derniers mois de la campagne électorale.

Le nouveau président américain va pouvoir compter sur le soutien d’une majorité de gouvernement dans les deux chambres du Congrès. « Les leçons qu’on peut tirer des premiers mandats des administrations précédentes est qu’il faut agir sans délai. Il y a un bref état de grâce dont on dispose pour faire passer des lois. Le président Roosevelt a eu ses 100 premiers jours. La révolution reaganienne s’est faite en un an », avertit Alan Lichman, professeur d’histoire à American University de washington, ajoutant qu’on ne « peut pas se payer le luxe d’attendre, notamment au milieu d’une crise de cette ampleur. »

Il va falloir évidemment compter avec l’opposition républicaine, observe, de son côté, Nathan Gonzales du Rothenberg Political Report. « Le parti républicain va retrouver ses marques après la défaite, observer les démocrates et voir ce qu’ils peuvent faire .Ils vont voir ce que les démocrates ont fait de travers selon eux, avant de choisir le terrain de leur combat politique », prédit M. Gonzales.

La candidature de Barak Obama a suscité un immense enthousiasme à travers le monde et les experts s’attendent à ce que le nouveau président imprime très vite sa marque aux affaires internationales au cours des cent premiers jours de son mandat. « Il va également (…) s’affirmer sur la scène internationale pour tenter de restaurer l’image de marque des Etats-Unis en allant à la rencontre de leaders étrangers, non sans préalable, mais il ira vers eux, en leur faisant comprendre clairement que Washington est ouverte à une plus grande coopération multilatérale que par le passé, tout en s’efforçant de rétablir le standing moral des Etats-Unis dans le monde », explique, de son côté, Mark Rom enseigne les sciences politiques à Georgetown University de Washington.

XS
SM
MD
LG