Liens d'accessibilité

Guantanamo : un grand dilemme pour les Européens


Par contre, des pays comme les Pays-Bas ou le Danemark semblent plus réticents. En Allemagne, la question divise le gouvernement : le ministre des Affaires étrangères pense que le pays pourrait admettre une vingtaine d’ex-détenus de Guantanamo alors que son collègue de l’Intérieur exclut une telle possibilité.

Selon les analystes, plusieurs des quelques 250 détenus de Guantanamo pourraient être evoyés en Europe. En théorie, les pays européens pourraient les remettre en liberté et leur permettre de mener une vie normale. Toutefois, Anthony Dworkin, expert en droits humains et justice au Conseil européen sur les relations extérieures, pense que le risque sécuritaire que présentent ces anciens détenus pourrait tiédir l’ardeur des pays concernés.

L’Europe tente d’entamer d’un bond pied ses rapports avec l’administration Obama et attendra d’en savoir plus avant de se prononcer sur ce dossier, estime M. Dworkin. Les chefs de la diplomatie européenne doivent de débattre de la question lors de leur prochaine réunion, le 26 janvier.

XS
SM
MD
LG