Liens d'accessibilité

Etats-Unis : Le président Obama ordonne la fermeture de la prison de Guatanamo


Le président Barack Obama a ordonné, aujourd'hui, la fermeture du centre de détention de Guantanamo Bay, Cuba, d’ici un an, au plus tard. Le nouveau président américain a, par ailleurs, mis sur pied un groupe d’experts qui sera chargé de recommander ce qu’il convient de faire des quelque 245 terroristes présumés détenus dans cette prison. Aucun d’entre eux ne sera envoyé dans des pays tiers qui pratiquent la torture, a précisé la Maison Blanche.

La nouvelle administration américaine a décidé la suspension des procès de ces suspects, alors que sera entrepris un réexamen des tribunaux militaires constitués sous la présidence de George Bush. M. Obama a également pris des dispositions pour interdire les techniques d’interrogatoire les plus dures. Mais il est bien déterminé à combattre le terrorisme. « Nous avons l’intention de remporter ce combat. Nous allons le gagner, dans le cadre que nous aurons défini », a-t-il déclaré.

Pour les organisations de défense des droits humains, la prison de Guantanamo symbolise les abus de l'administration américaine. Les Ongs ont décrié les longues détentation en violation du droit international. Aujourd’hui, la Chine a, de nouveau, demandé qu’on lui remette les 17 Ouigours qui y sont détenus. (Les Ouigours sont un groupe minoritaire vivant dans l’Extrême- Nord ouest de la Chine.)

Pour sa part, Cuba souhaite que toute la base américaine de Guantanamo soit fermée. Interviewé par l’agence russe Itar-Tass, le président cubain Raul Castro a dit que cette base devrait être fermée et le territoire qu’elle occupe restitué à « son propriétaire légitime, le peuple cubain. »

En Europe, nombre de pays souhaitaient que les Etats Unis ferment le centre de Guantanamo. Ils se demandent maintenant s’ils doivent accueillir des ex-détenus de Guantanamo après leur libération. En Afghanistan, où nombre de ces détenus ont été capturés, le président Hamid Karzai a dit qu’avec la fermeture de Guantanamo, il sera plus facile d’obtenir l’appui de la communauté internationale pour la guerre contre le terrorisme.

Sur le front diplomatique, le président Barack Obama a nommé ses émissaires spéciaux au Moyen-Orient et pour la région Afghanistan-Pakistan. L’ancien sénateur George Mitchell sera chargé de la relance des pourparlers de paix israélo-arabes. M. Mitchell avait apporté son concours pour négocier l’accord de paix en Irlande du Nord. Quant à l’ancien ambassadeur à l’Onu, Richard Holbrooke, il sera émissaire spécial pour la région Afghanistan-Pakistan. M. Holbrooke avait contribué à la négociation de l’accord de paix pour la Bosnie-Herzégovine.

Pour sa part, la nouvelle secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, s’est engagée à mener « une diplomatie robuste et efficace ». C’est ce qu’elle a souligné, lors de la cérémonie organisée en son honneur, aujourd’hui, au département d’Etat.


XS
SM
MD
LG