Liens d'accessibilité

Etats-Unis: le président Bush a défendu son bilan lors de sa dernière conférence de presse


Le président George Bush a tenu, lundi, la dernière conférence de presse de son dernier mandat. Il défendu ce qu’il a accompli et souhaité la réussite à son successeur Barak Obama. « Très sincèrement, je lui souhaite vraiment de réussir», a-t-il assuré.Tour à tour nostalgique et sur la défensive, George W. Bush a évoqué les défis qu’il a dû relever, mais aussi les grands problèmes auxquels se trouvera confronté Barack Obama. Pour M. Bush, empêcher une nouvelle attaque terroriste sera le plus grand défi du nouveau chef de l’exécutif. « La menace la plus pressante, comme pour les autres présidents après lui, sera d’empêcher une attaque sur notre territoire », a expliqué M. Bush.

Les journalistes ont posé une question au président Bush en rapport avec ce qu’il avait dit dans son discours sur l’état de l’Union, en 2002, quand il avait parlé de « l’axe du mal » comprenant l’Iran, la Corée du Nord et l’IraK. L’Iran demeure un problème, a répondu M. Bush, de même que la Corée du nord. Mais le chef de l’exécutif a fait remarquer que des progrès ont été accomplis en Irak, soulignant que sa décision d’envoyer des renforts de troupes dans ce pays avait permis de retourner la situation dans cette guerre. Le président Bush a cependant reconnu que la jeune démocratie en Irak reste fragile. « La question qui se pose, à long terme, est : cette démocratie va-t-elle survivre ? Et ce sera le défi qui se posera aux futurs présidents », a-t-il souligné.

George W. Bush a par ailleurs défendu sa politique au Moyen-Orient. Quand on a demandé à M. Bush s’il pensait que l’offensive israélienne à Gaza pourrait être terminée d’ici l’investiture de son successeur, le 20 janvier, M. Bush n’a pas répondu directement, mais il a réitéré que les militants du Hamas doivent cesser leurs tirs de roquettes sur l’Etat hébreu. « Il n’y aura pas de cessez-le- feu durable, s’ils continuent leurs tirs de roquettes. Je pense que c’est le choix que doit faire le Hamas », a-t-il déclaré.

Le président Bush n’est pas gêné par les critiques de sa politique. Il a vivement réagi contre ceux qui estiment que l’autorité morale des Etats Unis a souffert sous son mandat, tout comme ceux qui l’accusent d’avoir mal géré l’économie de son pays. « Ecoutez, j’ai hérité d’une récession et je termine mon mandat sur une récession. En attendant, le pays a connu 52 mois de croissance ininterrompue de l’emploi », a dit le chef de l’exécutif américain.

Le président Bush a révélé avoir évoqué la situation économique avec son successeur. Il se félicite de pouvoir être là le jour de l’investiture, lorsque Barack Obama deviendra le premier Africain-Américain à accéder à la magistrature suprême aux Etats-Unis. « Il prêtera serment, ils déjeuneront ensemble, il y aura la grande cérémonie à Capitol Hill et ensuite le défilé d’investiture, il (M. Obama) entrera ensuite dans le bureau Oval, et c’est alors là que toutes les responsabilités de la présidence reposeront, à l’évidence sur ses épaules », a expliqué M. Bush.

Conformément à la tradition, le président Bush quittera le Capitol, immédiatement après la cérémonie d’investiture de son successeur. Il montera alors à bord d’un hélicoptère pour commencer le voyage retour vers son Etat du Texas.

XS
SM
MD
LG