Liens d'accessibilité

Etats-Unis : le fils de Charles Taylor condamné à 97 ans de réclusion


Charles McArthur Emmanuel, également connu sous le nom de Chuckie Taylor, était accusé d’avoir, de 1997 à 2003, dirigé une groupe paramilitaire qui avait tué et torturé ses opposants politiques. Cette condamnation s’inscrit dans le cadre de la loi américaine permettant d’entamer des poursuites contre les auteurs de torture, quel que soit le pays où ces exactions ont été commises.

Le tribunal de Miami a entendu plusieurs témoignages, notamment celui de Momoh Turay qui dit a été tellement malmené par les hommes d’Emmanuel qu’il a été handicapé pendant des années. Ce dernier se réjouit du verdict de la justice américaine. « Au moins, aujourd’hui est le jour le plus heureux de ma vie, on m’a rendu justice et cela ne m’est pas venu de l’Afrique », a déclaré M. Turay.

Le procureur avait requis 147 ans de prison contre Emmanuel pour atrocités. Selon les témoins à son procès, le fils de l’ancien président libérien avait non seulement tué au moins trois hommes, mais aussi ordonné le passage à la torture et le meurtre de nombreux autres.
C’est la première fois que le parquet invoque une loi américaine de 1994 permettant le châtiment de prévenus pour des actes de torture commis à l’étranger. Ce procès est le résultat d’une enquête sur les ventes illégales d’armes au Libéria et dans diverses autres régions de l’Afrique.


Human Rights USA, une ONG basée a Washington a également intenté une action en justice contre Emmanuel, dans l’espoir d’obtenir des sanctions civiles contre lui pour torture. La directrice de cette ONG, Theresa Harris fait valoir que cela permettra à des dizaines d’autres victimes de faire entendre leur voix. « Les lois du Libéria ne sont pas à la hauteur, en matière de crimes de guerre, crimes contre l’humanité ou torture. Dans ces conditions, pour quels délits les hommes de Taylor pourraient-ils être poursuivis ? » se demande Theresa Harris.

Des sanctions civiles contre le fils de Charles Taylor, dit-elle, permettraient peut-être de condamner à verser des dommages – intérêts aux victimes d’Emmanuel et du gouvernement Taylor. Les Nations Unies, de leur côté, cherchent découvrir les avoirs bancaires de Taylor et dans le monde entier afin de les bloquer.

XS
SM
MD
LG