Liens d'accessibilité

Nigeria : afflux massif des petites filles dans les écoles primaires de l'Etat de Kano


Le taux de scolarisation dans l’enseignement primaire a plus que doublé au Nigéria depuis l’adoption du principe de la gratuité du premier cycle scolaire en 2001. D’où les efforts pour améliorer les infrastructures scolaires en vue de satisfaire la demande. L’Agence américaine pour le développement international (USAID) a offert son aide à l’Etat de Kano non seulement dans ce but, mais aussi pour renforcer la qualité de l’enseignement et encourager la scolarisation des filles.

L’assistance américaine est fournie dans le cadre du programme d’assistance intitulé Compass, initiative qui a contribué à la réhabilitation de plusieurs écoles primaires et à des cours de perfectionnement pour les enseignants. « Avant l’arrivée du programme Compass, nous n’avions pas beaucoup d’élèves….Grâce à Compass, l’école a été rénovée. On nous a apporté des meubles, des ventilateurs…. Toutes ces choses intéressantes fournies par Compass ont encouragé les élèves à s’inscrire dans notre établissement », se félicite Magaji Ibrahim, enseignant à l’école primaire modèle Kreyema à Kano.

Dans cette région à majorité musulmane, connue pour son conservatisme religieux, l’absence de toilettes séparées pour les garçons et les filles était un énorme obstacle à la scolarisation féminine. Le programme Compass en a tenu compte dans son aide à Kano. « On a construit des toilettes supplémentaires dans beaucoup d’écoles soutenues par le programme Compass. Ce qui permet d’avoir des toilettes séparées pour les garçons et pour les filles….Situation qui encourage les gamines à venir à l’école », souligne Mme Hajjia Gaji Abdullahi, haut responsable du système d’enseignement universel de l’Etat.

Les parents aussi en tiennent compte quand il s’agit d’inscrire leurs filles à l’école. Mais leur principale motivation est le désir de donner une instruction à leurs enfants. Gaya Bello a inscrit Amina, sa petite fille de 5 ans, dans un établissement scolaire à Gabasawa, près de Kano. « Je pense que la religion est le principal facteur encourageant les gens à penser de la sorte. Mais sincèrement, on n’est pas censé retirer les petites élèves de l’école. Mon conseil à tout un chacun est de laisser sa fille atteindre le niveau d’enseignement qu’elle souhaite. C’est une bonne chose pour toute la communauté », souligne M. Gaya Bello.

Les garçons restent majoritaires dans les écoles de la région. Mais la proportion des filles ne cesse d’augmenter. Et on approche de la parité sexuelle à Zakarai, petit village à 40 kilomètres de Kano. Pour les responsables de l’enseignement dans la région, le programme Compass, financé par l'USAID, a tellement de succès qu’il mériterait d’être étendu à d’autres systèmes scolaires du Nigéria.

XS
SM
MD
LG