Liens d'accessibilité

Affaire Madoff : au moins 50 milliards de dollars de pertes pour des investisseurs


Certaines des plus grandes institutions bancaires du monde enregistrent des pertes énormes, par suite de l’affaire Bernard Madoff, ce gestionnaire de fonds de Wall Street qui, par ses pratiques pyramidales frauduleuses, aurait fait perdre 50 milliards de dollars à divers investisseurs. Ancien patron du marché Nasdaq de New York, Madoff, 70 ans, a berné ses clients, parmi les plus huppés au monde, pendant des années. Il a été arrêté à New York la semaine dernière, puis libéré sous caution.

La plus grande banque britannique, HSBC Holdings a révélé qu’elle pourrait perdre de l’ordre d’un milliard de dollars. La Royal Bank of Scotland, elle, estime qu’environ 600 millions de dollars se sont évaporés dans ce scandale financier. Parmi les autres victimes potentielles de cette gigantesque escroquerie : le groupe britannique Man Group, la banque française BNP Paribas et Nomura Holdings, le groupe japonais. La première banque espagnole, Santander, a indique dimanche que ses filiales pourraient perdre trois milliards de dollars.

De l’avis des autorités américaines, on est en présence de l’une des fraudes les plus colossales dans les annales du pays. Ce scandale pourrait donner des arguments à ceux qui souhaitent une meilleure régulation du système financier aux Etats-Unis. On s’interroge une fois de plus sur le rôle qu’aurait du jouer la Securities & Exchange Commission (SEC), l'autorité fédérale américaine de réglementation des marchés financiers. Surtout après les mises en faillite des géants bancaires Bear Stears et Lehman Brothers, dont les prises de risques spéculatives n’avaient pas été contrôlées par la SEC.

D’autant, signale l’AFP, qu’en 2007, la SEC avait mené une enquête sur la société de Madoff, pour conclure qu’il n’y avait pas lieu de la sanctionner.

La SIPC (Securities investor protection corporation), l'organisme chargé de protéger les intérêts des investisseurs clients de sociétés de courtage aux Etats-Unis, parle d'un dossier particulièrement difficile.

La société de Madoff a été mise en liquidation, mais il y a peu d’espoir qu’on recouvre grand-chose pour les investisseurs, vu que le courtier payait les intérêts de ses clients avec les fonds apportés par les nouveaux investisseurs. Un système qui a fini par s’effondrer avec la crise financière mondiale, lorsque nombre des clients de Madoff ont exigé de retirer une partie au moins de leurs capitaux. Ces demandes ont privé Madoff des liquidités nécessaires pour continuer sa fraude pyramidale.

XS
SM
MD
LG