Liens d'accessibilité

Accord de principe sur le plan d’aide aux constructeurs automobiles américains 


Accord de principe entre les parlementaires démocrates et la Maison Blanche sur un projet de loi pour le déblocage de 15 milliards de dollars en prêts relais aux constructeurs automobiles américains en difficulté - Ford, General Motors et Chrysler. Un vote sur la mesure, qui a été adoptée tard mardi soir au terme de négociations marathon, pourrait intervenir dès ce mercredi au Congrès.

L’accord prévoit la création d’un poste de haut responsable du secteur automobile chargé de surveiller l’application du programme. Il serait habilité à suspendre les prêts si les trois fabricants ne parviennent pas à soumettre leurs plans de restructuration d’ici au 31 mars 2009.

On s’attend toujours à ce que les sénateurs républicains fassent obstacle au projet de loi. Ils pourraient avoir recours au « filibuster », une tactique qui consiste, pour un membre du Sénat, à parler sans arrêt pour empêcher un vote sur une mesure. Pour passer outre à un « filibuster », les démocrates auraient besoin de 60 votes au Sénat.

De toute façon, l’adoption du programme de prêts n’est qu’un premier pas. Encore faut-il que les constructeurs arrachent d’autres concessions aux syndicats, à leurs fournisseurs et à leurs créditeurs.

General Motors et Chrysler, les deux sociétés les plus vulnérables, pourraient bénéficier d’une aide immédiate. Ford, qui est le moins mal loti, souligne toujours qu’il n’a pas besoin pour l’instant de nouveaux fonds. Le constructeur souhaite simplement avoir accès à une ligne de crédit de 9 milliards de dollars, en cas de détérioration plus marquée que prévue de ses finances en 2009.

XS
SM
MD
LG