Liens d'accessibilité

Etats-Unis : le président élu promet d’agir avec célérité sur le front économique


Le président élu des Etats-Unis, Barack Obama, a indiqué fera tout, dès sa prise de fonction en janvier, pour relancer rapidement l’économie américaine et promouvoir la croissance à long terme. Tout au long de la campagne électorale, M. Obama s’était engager à revoir la politique économique américaine en vue de combattre les effets du ralentissement de l’activité économique. Depuis son élection en novembre, les Etats-Unis sont officiellement entrés en récession, avec des pertes massives d’emplois, l’augmentation du nombre de ménages incapables de rembourser leurs prêts hypothécaires et une extrême volatilité des marchés.

Les dépenses sans précédent du gouvernement n’ont ni atténué la crise du crédit, ni réduit le nombre de grandes compagnies ayant besoin de l’aide gouvernementale pour demeurer à flot.« C’est un grand problème, et la situation va empirer. Ma priorité No 1, après ma prise de fonction, sera de m’assurer que nous avons un plan de relance économique qui soit à la hauteur de la tâche », a expliqué Barack Obama dans une interview accordée aujourd’hui, à la chaîne de télévision NBC.

Ces derniers jours, le président élu a présenté les grandes lignes d’un ambitieux plan de création d’emplois à travers à la reconstruction des infrastructures du pays et une utilisation plus efficace de l’énergie. D’un coût de plusieurs centaines de milliards de dollars, ce plan viendrait s’ajouter à celui de 700 milliards de dollars approuvé en octobre dernier par le Congrès.

Pour l’heure, le sort des trois constructeurs automobiles américains constitue la préoccupation la plus immédiate. Ces entreprises demandent des milliards de dollars de prêts gouvernementaux d’urgence pour éviter la banqueroute. Le président élu Barack Obama reconnaît d’importance du secteur automobile pour l’économie nationale. Toutefois, il est d’avis qu’en échange des prêts gouvernementaux, les trois géants américain de ce secteur devront engager des réformes de manière à devenir plus compétitives et à même de générer des profits.

Les leaders du Congrès sont en négociation avec la Maison Blanche sur le montant et la source des prêts d’urgence à accorder Chrysler, Ford et General Motors. Réagissant aux critiques, le PDG de General Motors, Rick Wagoner, a reconu, aujourd’hui, sur la chaîne de télévision CNN, que sa compagnie avait, jusqu’ici, privilégié les camionnettes et autres gros véhicules aux dépens de petits modèles moins gourmands en carburant.

XS
SM
MD
LG