Liens d'accessibilité

Inde: les messages de soutien de la communauté affluent après les attaques de Bombay


Les dirigeants de la communauté internationale offrent leurs condoléances et leur appui à l’Inde, alors que s’alourdit le bilan des attaques terroristes de Bombay qui ont fait au moins 160 morts et 327 blessés. Le président Bush et la secrétaire d’Etat Condoleezza Rice ont appelé les dirigeants indiens pour leur soutien dans ces moments difficles.

Pour leur part, les autorités indiennes ont confirmé que trois Allemands, un Australien, un Canadien et un Japonais figurent parmi les morts. On a également retrouvé les corps des cinq personnes qui étaient retenues en otage dans un centre de la communauté juive de Bombay. Parmi ces victimes : un rabbin né en Israël, élevé à New York et sa femme, une Israélienne. Le gouvernement français a révélé que deux de ses ressortissants sont au nombre des tués. Par ailleurs, le département d’Etat a déjà confirmé la mort de deux Américains, qui auraient été tués à l’hôtel Oberoi-Trident. Au total, cinq Américains auraient été péris dans ces attaques.

Les services de sécurité indiens disent avoir pris le contrôle de tous les sites ciblés par les assaillants à Bombay, à l’exception d’un seul, et ce, plus de 48 heures après le début des attaques des terroristes dans la capitale financière du pays. Les officiels de la sécurité ont maintenant le contrôle de l’hôtel Oberoi-Trident et ont achevé les opérations au centre communautaire juif Chabad de Mumbai. Le directeur général des Gardes de la sécurité nationale, J.K. Dutt, a indiqué à la presse qu’il n’y a plus aucun terroriste ou otage dans ce centre.

Le Pakistan a décidé de dépêcher, en Inde, le chef de ses services de renseignement. C’est ce qu’a annoncé le Premier ministre pakistanais, Yousuf Raza Gilani. Dans une conversation téléphonique avec son homologue indien, Manmohan Singh, M. Gilani s’est engagé à appuyer l’Inde dans la lutte contre l’extrémisme. Plus tard, dans ses commentaires à la presse, M. Gilani a indiqué que son homologue indien, Manmohan Singh, lui a dit que, selon les premiers éléments de l’enquête, certains assaillants seraient venus de la ville de Karachi, au Pakistan.

Mais le Premier ministre pakistanais a affirmé que son gouvernement ne pense pas que le Pakistan soit impliqué dans les attaques de Bombay. Le ministre indien des Affaires étrangères, Pranab Mukherjee, a dit à la presse aujourd’hui que, selon des preuves recueillies dans les attaques, les assaillants ont des liens avec le Pakistan. Mais son homologue pakistanais, Shah Mehmood Qureshi a demandé d’éviter de jeter le blâme sur le Pakistan ; au cours de sa conférence de presse, il a souligné qu’il a, lui-même, échappé à un attentat terroriste cette année, dans la capitale pakistanaise.

M. Qureshi était arrivé en Inde, mercredi, avant les attaques, pour des pourparlers avec son homologue Mukherjee ; il a choisi de rester sur le territoire indien, a-t-il indiqué aujourd’hui, pour exprimer la solidarité du Pakistan avec le peuple indien.


XS
SM
MD
LG