Liens d'accessibilité

Nouveaux affrontements dans le delta du Niger


Le principal groupe armé du Nigeria, le Mouvement pour l'émancipation du Delta du Niger (MEND) affirme qu’un hélicoptère de combat de l'armée qui s’était approché d’une base rebelle jeudi dans l’Etat de Bayelsa, a essuyé des tirs des rebelles. Selon le MEND, l’appareil a été sérieusement endommagé, et il se peut même qu’il n’ait pas pu regagner sa base.

L’armée présente une version différente des faits. Selon le lieutenant colonel Rabe Abubakar, un hélicoptère de combat a effectué une mission de reconnaissance, qui avait été décidée après que des activités criminelles eurent été signalées dans la région.

« En fait notre hélicoptère a effectué une mission de reconnaissance sur la base d’informations reçues en rapport à des vols de pétrole international. Et l’autre raison, c’était la menace proférée par certains militants de faire exploser une bombe dans des installations de Shell. C’est pourquoi nous avons initié la mission de reconnaissance » a expliqué le colonel Abubakar.

Jeudi, la société pétrolière américaine Chevron a déclaré l'état de « force majeure » sur ses chargements de brut au terminal d'Escravos dans le sud du Nigeria, après des attaques contre un important oléoduc la semaine dernière. De ce fait, le géant du pétrole ne garantit plus ses livraisons jusqu’au 31 décembre.

Toujours concernant le terminal d’Escravos, un responsable militaire a fait savoir que l’armée nigériane avait repoussé hier une attaque d’hommes armés contre ce complexe.

Les militants du Sud du Nigéria ont infligé des dégâts substantiels à l’industrie pétrolière de leur pays, réduisant de 20% ses exportations de brut depuis 2006. En septembre, le Mend a déclaré la guerre aux opérateurs du secteur pétrolier, en réaction à ce qu’il a qualifié d’attaque non provoquée de l’armée contre une de ses positions. Les rebelles ont déclaré un cessez le feu en octobre.

XS
SM
MD
LG