Liens d'accessibilité

Remaniements en cours au Congrès suite aux élections du 4 novembre    


On s’attend à des remaniements au sein des deux grands partis politiques au Congrès des États-Unis, suite aux élections présidentielles et législatives de mardi. Les républicains vont chercher un nouveau souffle, les démocrates vont réorganiser leur direction, avec l’annonce du départ de l’influent député Rahm Emanuel de l’Illinois, qui a accepté le poste de secrétaire Général de la Maison-Blanche. Son siège parlementaire fera l’objet d’une élection spéciale.

Ancien proche collaborateur du président Bill Clinton dans les années 1990, M. Emanuel est un opérateur politique aussi féroce qu’efficace, qui fut l’un des principaux artisans de la reconquête du Congrès par les démocrates lors des législatives de 2006.

Le départ du nouveau chef de cabinet du président élu Barack Obama devrait être le principal changement au sein de la direction démocrate au Congrès, puisque la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, et le leader de la majorité, Steny Hoyer, resteront à leur poste l’an prochain.


Du côté des républicains, l’incertitude règne pour l’instant. L’heure est aux récriminations et aux appels en faveur de nouveaux dirigeants.

Thomas Mann, expert en science politique au Brookings Institution, un centre de recherche non-partisan à Washington, estime que les républicains pourraient rester minoritaires au Congrès pendant longtemps.


« Ils ont eu deux élections difficiles d’affilée et pourraient en connaître une troisième et quatrième avant que les choses ne s’arrangent pour eux » estime le politologue.

Le numéro deux de la minorité républicaine Roy Blunt, du Missouri, a fait savoir jeudi qu'il ne souhaitait plus être chargé de la discipline de parti lorsque le Congrès renouvellera ses dirigeants en janvier. Comme successeur, il propose le député de Virginie Eric Cantor, porte-parole de l’aile conservatrice du parti républicain.

Si le chef de file des députés républicains, John Boehner, devrait conserver son poste, certains n’en disent pas moins qu’il serait peut-être temps de lui trouver un remplaçant. Et ils évoquent les noms de deux des plus puissants conservateurs à la chambre, le texan Jeb Hensarling et Mike Pense de l’Indiana.


Pour Norman Ornstein, un politologue de l’American Enterprise Institute, centre de recherche conservateur a Washington, ces discussions semblent refléter un nouveau virage a droite des députés républicains. « C’est un groupe très puissant de partisans des libres-marchés, des gens très conservateurs au plan social » affirme M. Ornstein.


Toujours selon le politologue, les démocrates pourraient également passer par des moments difficiles, car le président de la commission de contrôle d’action gouvernementale à la Chambre, Henry Waxman aurait décidé de briguer le poste de son collègue démocrate John Dingell, qui préside actuellement la commission de l'énergie et du commerce. Ce qui risque de semer la zizanie parmi les dirigeants démocrates du Congrès.

XS
SM
MD
LG