Liens d'accessibilité

Le ton monte lors du dernier débat entre Obama et McCain 


Le débat, qui a eu lieu à l'université Hofstra, dans l'État de New York, devait porter essentiellement sur l’économie et a été animé par le journaliste Bob Schieffer de CBS.

En fait, les deux rivaux dans la course à la Maison Blanche se sont affrontés sur pratiquement toutes les questions: la fiscalité, le libre-échange, les qualités de leurs colistiers, le ton hostile dans la campane électorale ces dernières semaines, leurs programmes énergétiques ou le droit à l’IVG.

Tout au long du débat, le candidat démocrate Barack Obama a martelé son thème principal: le pays est las, il est traumatisé par la crise du secteur financier et il veut un changement, alors que son rival républicain, John McCain, ne fera que continuer les mêmes politiques que le président George Bush. « Nous avons besoin d’un changement fondamental dans ce pays et c’est ce que je souhaite amener », a déclaré le sénateur de l’Illinois.

« Je ne suis pas George Bush » a rétorqué M. McCain, en soulignant qu’il avait été en désaccord avec la Maison-Blanche suors de leur troisième et dernier débat à New Yorkr des questions clés, dont la torture et la façon de mener la guerre en Irak. Dénonçant les programmes sociaux préconisés par M. Obama, le sénateur de l’Arizona a accusé son rival démocrate de chercher à accroître le rôle de l’État tout en alourdissant la fiscalité.

« Le gouvernement est trop omniprésent, il a trop dépensé, la fonction publique a augmenté de 40% ces 8 dernières années », a fait valoir le sénateur McCain, en accusant M. Obama de préparer une « lutte des classes » en proposant d’augmenter les impôts des familles aisées afin de financer ses programmes sociaux.

Les deux candidats se sont également interpellés sur leurs messages négatifs et le ton hostile adoptés par leurs équipes. M. Obama a fait remarquer que dans des rassemblements républicains, des supporters de son adversaire avaient appelé à le tuer, ce qui rappelait l'époque des droits civiques.

« Durant des rassemblements présidés par votre colistière la gouverneur de l’Alaska Sarah Palin, les médias ont indiqué que des gens criaient, lorsqu’on mentionnait mon nom, des choses comme “terroriste” ou “tuez-le”. Et Mme Palin n’a rien dit, n’a pas dit, attendez, ce n’est pas des choses à dire », a déclaré le sénateur Obama.

Ce à quoi le sénateur McCain a répondu qu’il avait rejeté de telles remarques, ce qui n’était pas le cas d’Obama.

« Chaque fois qu’un républicain a fait une remarque inacceptable, où qu’il soit, je les ai rejetées. J’espère que le sénateur Obama va rejeter les remarques faites par le député John Lewis », a dit M. McCain. Il faisait allusion à un influent élu démocrate qui a comparé les attaques de M. McCain et Mme Palin contre Obama aux propos du gouverneur ségrégationniste George Wallace de l’Alabama, qui avaient engendré un climat de haine raciale dans les années 1960.

Les deux candidats se sont félicités de leurs choix de colistiers. Mais si John McCain a eu des remarques acerbes vis à vis de Joseph Biden qui, selon lui, se serait trompé sur de nombreuses questions de politique étrangère et de sécurité, Barack Obama est resté prudent concernant Mme Palin, disant que c’était aux Américains de décider si elle serait qualifiée pour devenir présidente, au cas où elle serait appelée à remplacer M. McCain à la tête de l’Etat.

XS
SM
MD
LG