Liens d'accessibilité

Crise financière : l’Afrique se tirera d’affaires, assure le secrétaire général de la CEA


La crise financière dans le monde aura un impact négatif sur les efforts en cours pour faire face aux graves pénuries de vivres en Afrique, mais le continent africain se tirera d’affaires. Telles sont les grandes lignes des déclarations du secrétaire général de la Commission économique de l’Onu pour l’Afrique (CEA) à la presse aujourd’hui à Addis Abeba. Abdoulie Janneh n’a pas mâché ses mots.

Les pays donateurs affectés par la crise auront beaucoup de mal à maintenir leurs livraisons d’aide alimentaire à l’Afrique au niveau actuel, a-t-il averti. Toutefois, le secrétaire général de la CEA a souligné que les Africains ayant du mal à nourrir leurs familles pourraient tirer quelques avantages des remous économiques sous la forme d’une baisse des prix des denrées de première nécessité. Autre répercussion bénéfique: la forte chute des cours du pétrole, qui aidera les pays africains non producteurs de brut à reconstituer les réserves de devises nettement en baisse suite à la hausse vertigineuse du coût des importations de carburants ces derniers mois.

Le secrétaire général de la CEA se dit encouragé par l’esprit d’entraide internationale manifestée par les donateurs à l’égard de Afrique. Et il se dit convaincu que les partenaires des pays africains se rendent comptent de la nécessite de ne pas abandonner le continent en cette période critique. La CEA restera aux côtés de l’Afrique, a assuré Abdoulie Janneh. « Mon message aux leaders africains: Nous maintiendrons le cap… nous continuerons sur cette voie. Nous sommes conscients de la situation. Mais nous travaillons dans un contexte international pour faire en sorte que l’impact de la crise sur l’Afrique soit minimisé », a-t-il déclaré.

Beaucoup d’experts prédisent une diminution de la croissance économique sur le continent, dopée récemment par la hausse des prix des denrées et du pétrole. Le Fond monétaire International dit maintenant s’attendre à un taux de croissance de 6% cette année et en 2009 au lieu des 6,5% prévus auparavant.

XS
SM
MD
LG