Liens d'accessibilité

Crise de l’Est de la RDC : le secrétaire général de l’Onu appelle Kigali et Kinshasa au dialogue


Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a exhorté les gouvernements du Rwanda et de la République démocratique du Congo à résoudre leurs différends par le dialogue pour éviter une guerre à leur frontière commune. Par le biais de son porte-parole à New York, il a averti que les combats dans l’Est de la RDC pourraient provoquer un conflit à grande échelle.

M. Ban n’a pas directement fait allusion aux allégations de Kinshasa selon lesquelles des troupes rwandaises seraient passées en RDC pour appuyer les rebelles tutsis du général déchu Laurent Nkunda. Ces allégations, rejetées par Kigali, font l’objet d’une enquête de la mission onusienne en RDC. Kinshasa a, en outre, demandé un réunion du Conseil de sécurité de l’Onu sur cette question.

Pour sa part, le président de la Commission de l’Union africaine, Jean Ping est arrivé, vendredi, en RDC pour aider à un retour au calme au Nord-Kivu et promouvoir la stabilité dans la région, indique un communiqué de l’Union africaine.

Sur le terrain, des concertations avec la Facilitation internationale ont amené les combattants du Conseil national pour la défense du peuple (CNDP) du général rebelle Laurent Nkunda à se retirer, hier soir, du camp de Rumangabo, à 50 km de Goma ; ce qui a permis à l’armée gouvernementale de se redéployer sur ces positions. Dans un discours à la nation jeudi soir, le président Joseph Kabila a, de son côté, appelé à l’unité et à la mobilisation des Congolais face aux attaques du CNDP.

Le problème de fond reste posé, explique le professeur Philippe Biyoya de l’université de Kinshasa. « Le Rwanda a besoin d’être rassuré que la légitimité en place au Rwanda ne va pas connaître une destabilisation », a-t-il dit, ajoutant que « Kinshasa veut s’assurer veut travailler aussi au redressement de l’Etat en RDC. »

XS
SM
MD
LG