Liens d'accessibilité

RCA : nouvelle attaque rebelle alors que les préparatifs du Dialogue national inclusif piétinent


Le Nord de la République centrafricaine continue d’être déstabilisée par la violence. Ainsi, une faction de l’Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR) a revendiqué, mardi, une nouvelle attaque contre la bourgade d’Am Dafok dans l’Extrême-Nord du pays. Cette faction est pourtant signataire de l’accord de paix global avec le gouvernement.

L'attaque de lundi s'est faite sans coup de feu, mais les assaillants ont pillé les principaux magasins de la localité et enlevé des jeunes de la localité pour les aider à transporter les marchandises volées, a expliqué Thierry Bomba, rédacteur en chef du journal le Démocrate à Bangui.

Ces incidents interviennent alors que le dialogue politique inclusif censé ramener la paix dans ce pays semble davantage menacé. Lundi, le parlement a voté de nouveaux projets de lois d’amnistie, mais sans l’opposition. L’Union des forces vives de la nations – coalition des principaux partis de l’opposition - s’est réunie pour arrêter une position commune sur son refus de prendre part au vote, a dit Thierry Bomba.

La période couverte par l’amnistie a été repoussé de 2003 à 1999 pour couvrir des personnalités jugées importantes pour la tenue du dialogue, a-t-il souligné, précisant que l’ancien ministre de la Défense Jean-Jacques Demafouth et l’ancien président Ange Felix Passé devraient en bénéficier.

XS
SM
MD
LG