Liens d'accessibilité

Mickey Mouse cible d'une  « fatwa » 


Des responsables islamiques ont dénoncé la « fatwa », l’avis religieux publié récemment par un Cheikh saoudien d’origine syrienne, qui a affirmé que Mickey, la célèbre souris des dessins animés de Walt Disney, était « un agent de Satan » et qu'elle devait mourir.

S’exprimant à la télévision saoudienne, le Cheikh Mohammed Salah al-Mounajid a déclaré la semaine dernière que selon le Coran, les souris étaient des créatures sales, qui devraient être éliminées. La Charia requiert l'extermination de toutes les souris, y compris la célèbre souris animée, a-t-il dit en allusion à Mickey Mouse.

« Cette souris est un personnage détestable. Elle est complètement pourrie. Satan se cache derrière cette image. Cette souris est, de toute évidence, un soldat de Satan » a dit le cheikh qui, à une époque, était en poste à Washington en tant que diplomate à l’ambassade d’Arabie Saoudite. Toujours selon le cheikh, les enfants de par le monde arabe considèrent actuellement les souris comme des êtres supérieurs, alors que l’Islam insiste bien sur le fait qu’elles sont malpropres.

Des dignitaires musulmans ont fait valoir que de telles « fatwas » ridiculisent l’Islam. Soad Salah, une prédicatrice qui anime des émissions télévisées en Egypte, a déclaré que l'édit de M. Mounajid ternit l'image de l'Islam et le ridiculise.

Selon les préceptes de l'Islam, les vraies souris doivent être tuées, mais Mickey est un personnage de dessin animé, donc l’éliminer n’aurait aucun sens, a-t-elle déclaré.

S’exprimant sur la chaîne de télévision Al Arabiya, un autre dignitaire musulman, Cheikh Mohammed Duheim, a condamné l'édit de M. Mounajid.

« Nous devons nous exprimer clairement sur cette question. Nous sommes des gens divers, provenant de nombreuses cultures, et il est faux de dire que quiconque prétendant parler au nom de l’Islam s’exprime en fait pour tous les musulmans », a expliqué le Cheikh Duheim.

En Occident, les commentateurs et comédiens font des gorges chaudes de la « fatwa » contre Mickey Mouse. Le Cheikh Salah al-Mounajid n’a rien arrangé en démentant, face aux critiques, avoir jamais prononcé la peine de mort contre Mickey. « Je ne faisais qu’exprimer une opinion personnelle » a-t-il dit.

XS
SM
MD
LG