Liens d'accessibilité

Économie américaine : plaidoyers de Paulson et Bernanke au Congrès


Le secrétaire américain au Trésor, Henry Paulson, et le président de la banque centrale américaine, Ben Bernanke, témoignaient tous deux au Congrès mardi. Lors d’auditions devant la commission bancaire du Sénat, ils ont exhorté les législateurs à approuver le plus rapidement possible le plan d'aide au secteur financier de 700 milliards de dollars soumis par l’administration Bush.

Les turbulences sur les marchés font peser un risque énorme sur le reste de l'économie, qu’il s’agisse des investissements des particuliers, de leurs épargnes ou même de leurs emplois, a souligné M. Paulson, en déconseillant au Congrès de freiner la mise en application du plan de sauvetage.

De son côté, M. Bernanke a estimé que les marchés financiers sont soumis à des tensions extraordinaires, et il a également appelé les sénateurs à des mesures immédiates.

Mais les législateurs restent sceptiques. Lundi, les démocrates ont posé leurs conditions pour approuver ce vaste plan qui permettra notamment de racheter plusieurs centaines de milliards de dollars d'actifs à risque.

Après s’être penché sur le projet élaboré par le Trésor, le président démocrate de la commission bancaire du Sénat, Christopher Dodd, a fait circuler son propre projet de réforme, dans lequel le sénateur du Connecticut préconise notamment la création d’un comité de surveillance des marchés boursiers et du secteur bancaire.

Les démocrates veulent également limiter les énormes salaires et paquets d’actions versés aux PDG dont les sociétés seront secourues par le contribuable américain et ils souhaitent ajouter au plan des mesures visant à aider les emprunteurs en difficulté à continuer à payer leurs hypothèques.

Face aux appels de Messieurs Paulson et Bernanke, M. Dodd a évoqué la « cupidité » des acteurs du secteur privé, et la négligence des organismes régulateurs qui, selon lui, portent une large responsabilité dans la crise actuelle.

Même certains républicains sont sceptiques vis à vis du plan de la Maison Blanche. Richard Shelby, numéro un du parti républicain au sein de la commission bancaire du Sénat, estime que le Congrès doit passer au crible le projet soumis par le département du Trésor pour éviter un nouveau gaspillage des deniers du contribuable américain.

Entre temps, les marchés financiers restaient nerveux. Les incertitudes sur le renflouage financier ont provoqué une nouvelle dépréciation du dollar, tandis que le baril de pétrole connaissait une flambée historique lundi, un mouvement qui s’est renversé ce mardi.

XS
SM
MD
LG