Liens d'accessibilité

  RCA : la société exige une recomposition du comité d’organisation du dialogue national


Les organisations de défense des droits de l’Homme en Centrafrique exigent une nouvelle liste des membres du Comité d’organisation du fameux dialogue politique inclusif. Ce dialogue était censé avoir lieu en juin, mais a reporté à maintes reprises. Les défenseurs des droits de l’Homme estiment que cette instance est dominée par les membres du gouvernement. « Tel que cela se passe, malheureusement, il y en a qui sont plus nombreux que d’autres, et cela fait qu’on ne peut avoir un dialogue où tout le monde vient sur un pied d’égalité », explique Me Mathias Barthélémy Mourouba, président de l’Observatoire centrafricain des droits de l’Homme à Bangui.

Les ONG de défense des droits de l’Homme réclament aussi une redéfinition des trois projets d’Amnistie, proposés par le gouvernement, qui constituent la pierre d’achoppement dans ce dossier. Elles proposent plutôt une amnistie générale qui exclut les crimes de guerre et contre l’humanité, ceux-ci relèvant de la compétence de la Cour pénale internationale.

XS
SM
MD
LG