Liens d'accessibilité

Sarah Palin s’estime «prête» à devenir vice-présidente et, si nécessaire, présidente 


La colistière de John McCain a déclaré hier soir qu'elle était «prête» à devenir vice-présidente et, si nécessaire, présidente des États-Unis. Mme Palin a avoué qu'elle n'a pas «cillé» lorsque le candidat républicain lui a demandé d'être sa partenaire sur le ticket présidentiel, et qu'elle a accepté sa proposition parce qu'elle a confiance en sa préparation.

Il s’agissait de la première longue interview à laquelle le gouverneur de l’Alaska se soumettait depuis que M. McCain l’a désignée comme sa colistière, et le journaliste Charles Gibson a visiblement cherché à tester ses connaissances en termes de politique étrangère.

Interrogée sur le droit des États-Unis à attaquer des insurgés au Pakistan sans l’autorisation de ce pays, elle a répondu que Washington doit faire le nécessaire pour arrêter les extrémistes islamiques.

Mme Palin s’est également prononcée en faveur d’une entrée possible de l’Ukraine et de la Géorgie dans l’OTAN, mais elle a fait valoir que le soutien de Washington à Tbilissi face aux menaces de Moscou ne doit pas mener inexorablement à une nouvelle guerre froide.

En ce qui concerne la réaction des États-Unis si Israël, se sentant menacé, décidait d'attaquer les installations nucléaires iraniennes, Mme Palin a expliqué qu’on ne pouvait essayer d'anticiper les éventuelles décisions de l'État hébreu en matière de sécurité.

XS
SM
MD
LG