Liens d'accessibilité

Etats-Unis : Sarah Palin, colistière de John McCain, passe à l’attaque


Le gouverneur de l’Alaska Sarah Palin s’apprête à devenir la deuxième femme candidate à la vice-présidence des Etats-Unis. S’exprimant hier, à la convention nationale du parti républicain à St. Paul, dans le Minnesota, elle assuré qu’elle est tout à fait qualifiée pour ce poste. Son discours tant attendu a été chaudement applaudi par les délégués.

Mme Palin était encore peu connue hors de l’Alaska lorsque le sénateur John McCain a annoncé, il y a moins d’une semaine, avoir porté son choix sur elle comme colistière. En quelques jours, des révélations au sujet de sa famille et des questions concernant des décisions prises en tant que gouverneur ont renforcé l’intérêt des Américains au sujet de son discours à la convention. Sarah Palin devait persuader ceux qui doutaient encore d’elle et, si l’on s’en tient aux applaudissements qui ont accueilli son discours, elle a réussi son examen de passage, tout au moins en ce qui concerne les délégués de la convention de St. Paul.

Mme Palin a brossé un tableau de sa vie de mère dévouée – elle a cinq enfants - son passage à la tête de mairie d’une petite ville de l’Alaska, puis de cet Etat. Elle a appelé les sceptiques à comparer cette expérience à celle du candidat démocrate Barack Obama, qui a été organisateur communautaire à Chicago avant d’être élu à l’Assemblée de l’Etat puis au Sénat américain. « Je suppose que la fonction de maire d’une petite ville équivaut, en quelque sorte, à être un organisateur communautaire, sauf que l’on a vraiment des responsabilités » a souligné le gouverneur Palin. Conservative sur les questions sociales, Sarah Palin, qui dit ne pas faire partie de l’establishment politique, est censée améliorer les chances des républicains contre le démocrate Barack Obama.

Les révélations concernant la grossesse de sa fille âgée de 17 ans ainsi qu’une enquête sur une affaire de violation de l’éthique politique en Alaska ont presque dominé les ondes et la une des journaux. Cependant, Mme Palin a posément expliqué ce que John McCain et elle comptent faire pour lepays s’ils sont élus. Elle a notamment souligné la nécessité, pour les Etats-Unis, de produire plus de pétrole brut compte tenu des problèmes avec la Russie et d’autres pays producteurs de pétrole, comme le Venezuela.

D’autres orateurs – dont certains des adversaires de John McCain durant les primaires – se sont succédés au podium pour exprimer leur soutien au porte-étendard des républicains. Les élections de 2008 sont un choix entre substance et style, a déclaré l’ancien maire de New York Rudy Giuliani. La victoire du ticket McCain_Palin en novembre ramènerait le conservatisme à Washington, a dit, de son côte, l’ancien gouverneur du Massachussets, Mitt Romney.

Arrivée hier soir à St. Paul où il prononcera son discours d’acceptation, le sénateur John McCain a effectué une entrée impromptue dans la salle de la convention. Il a été chaleureusement applaudi à la fin du discours de Sarah Palin. Il prononcera, ce soir, un discours acceptant l’investiture du parti pour les présidentielles de novembre.

XS
SM
MD
LG