Liens d'accessibilité

Etats-Unis : les républicains en ordre de bataille malgré la controverse au sujet de Palin


Après un début marqué par une mobilisation nationale en faveur des sinistrés de l’ouragan Gustav, la convention nationale du parti républicain s’est résolument remise sur les rails. Mardi soir, le président Bush et d’autres orateurs ont loué le caractère du candidat républicain présumé à la Maison Blanche, le sénateur John McCain de l’Arizona. En même temps, l’actualité continue d’être dominée la sélection controversée du gouverneur de l’Alaska, Sarah Palin, comme colistière de McCain. Cette dernière doit prononcer ce soir le discours d’acceptation de son investiture.

S’exprimant à partir de la Maison Blanche, par liaison satellite, le président George Bush n’a pas tari d’éloges à l’égard de McCain, citant notamment le soutien du sénateur de l’Arizona à l’envoi de renforts américains en Irak. « Nous vivons dans un monde dangereux, et nous avons besoin de quelqu’un qui a compris les leçons du 11 septembre 2001, à savoir que pour protéger l’Amérique, nous devons demeurer dans l’offensive, et empêcher les attaques avant qu’elles n’aient lieu », a déclaré le chef de l’exécutif américain, ajoutant que John McCain est l’homme dont ont besoin les Etats-Unis.

Les républicains ont intensifié leurs critiques à l’endroit des démocrates et de l’adversaire de McCain, le sénateur de l’Illinois Barack Obama. S’exprimant mardi à la convention républicaine, le sénateur indépendant Joe Lieberman, candidat démocrate à la vice-présidence en l’an 2000, a dit soutenir John McCain parce que la cause du pays est plus importante que celle du parti. Le porte-étendard présumé du parti républicain avait eu le courage de soutenir la décision – peu populaire à l’époque – d’envoyer des renforts américains en Irak, a-t-il souligné.

John Boehner, leader de la minorité républicaine à la Chambre a, de son côté, accusé les démocrates, majoritaires à la Chambre comme au Sénat, de ne pas faire grand-chose pour résoudre les problèmes énergétiques et autres du pays.

Alors que les républicains veulent réorienter l’attention vers la nomination de John McCain comme candidat à la Maison Blanche, ce dernier et ses conseillers sont obligés de répondre à de nombreuses questions concernant le gouverneur de l’Alaska Sarah Palin, candidate désignée à la vice-présidente.

Choisie pour ses vues sociales conservatrices, Mme Palin a révélé cette semaine que sa fille de 17 ans est enceinte. Elle fait aussi l’objet d’une enquête en Alaska concernant le limogeage d’un responsable de cet Etat. Les conseillers de McCain insistent que le dossier de Sarah Palin a été minutieusement examiné. Le candidat républicain présumé se dit fier de ce processus. Il a prédit que l’intervention de Mme Palin à la convention, ce soir, suscitera l’enthousiasme des Américains au sujet de sa candidature.

XS
SM
MD
LG