Liens d'accessibilité

Gustav : soulagement à la Nouvelle-Orléans


Le passage du cyclone Gustav en Louisiane a occasionné de sérieux dégâts mais rien en comparaison de Katrina, il y a trois ans.

Gustav a fait au moins 7 morts sur le territoire américain, entraîné l’arrêt de la production de pétrole en mer et des inondations dans certaines parties de la Louisiane et du Mississipi. Mais ce cyclone a été moins grave qu’on ne le craignait. Cela dit, la facture va sans doute se monter à plusieurs milliards de dollars.

Le couvre-feu reste en vigueur dans plusieurs régions. En Louisiane, le gouverneur Bobby Jindal a indiqué mardi qu’il laisserait aux collectivités locales le soin de décider quand les populations évacuées pourront rentrer chez elles.

En attendant, de gros camions transportant de l’eau, du ravitaillement et des bâches resteront stationnés dans les régions éprouvées par le cyclone Gustav, pour répondre aux besoins des sinistrés. L’évacuation des populations locales s’est bien passée, a dit le gouverneur Jindal et les autorités n’ont pas reçu beaucoup d’appels de particuliers réclamant des secours. Gustav a perdu de son intensité alors qu’il traversait l’Ouest de la Louisiane à destination de l’état voisin du Texas.

A Washington, le président George Bush a fait observer que les répercussions du passage du cyclone Gustav sur la production pétrolière montrent que les États-Unis ont tout intérêt à mieux exploiter ses ressources énergétiques. Le chef de l’exécutif a dit souhaiter que le Congrès donne son feu vert pour que l’on procède à davantage de forages en mer.

M. Bush avait réuni une dizaine de ses conseillers pour dresser un bilan de l’impact du passage du cyclone Gustav sur les installations pétrolières. « La région de la côte du Golfe du Mexique produit beaucoup d’énergie pour les États-Unis. Et nous cherchons maintenant à déterminer l’ampleur des dommages causés aux infrastructures. Il est encore un peu tôt pour dresser un véritable bilan. Il y a quelques signes encourageants » a déclaré M. Bush.

Il semble notamment que les plates-formes dans le Golfe du Mexique n’aient pas rompu leurs ancrages et endommagé les oléoducs immergés, comme cela avait été le cas lors du passage de Katrina en 2005, a fait remarquer le chef de l’exécutif américain. A l’époque, le président Bush et les autorités locales avaient été très critiqués pour la lenteur de leur réponse à la crise. Cette fois, il semble que les agences fédérales et les collectivités locales aient été mieux préparées.

Le président Bush a rendu visite lundi à des équipes de secours et des évacués au Texas. Il a profité des consultations mardi avec ses conseillers pour demander aux démocrates qui contrôlent le Congrès d’autoriser davantage de forages en mer. « Il faut qu’ils nous donnent l’opportunité de découvrir davantage de pétrole et de gaz chez nous. Je préférerais que le consommateur américain achète de l’essence produite à partir du pétrole américain, plutôt qu’à partir de pétrole importé. Je préfèrerais que nos dollars restent aux États-Unis plutôt que d’aller à l’étranger » a fait valoir le chef de l’exécutif américain.

Le cyclone Gustav a entraîné l’arrêt des opérations pétrolières à terre et en mer dans le Golfe du Mexique. Mais certaines firmes déploient déjà du matériel et des techniciens pour la reprise de leurs activités. Entre temps, le cours du baril sur le marché de New York a chuté de plus de 8 dollars pour se négocier mardi, à environ 105 dollars. Les investisseurs semblent penser que le cyclone Gustav n’a pas occasionné de dommages durables aux infrastructures pétrolières.

XS
SM
MD
LG