Liens d'accessibilité

Un dirigeant islamiste somalien en faveur de l’arrêt des attaques contre les travailleurs humanitaires


En Somalie, appel du nouveau leader de l’opposition islamiste Hassan Dahir Aweys en faveur de l’arrêt des attaques contre les travailleurs humanitaires dans le pays.

Des responsables des Nations unies ont averti que l’insécurité croissante pose une menace aux efforts des organisations caritatives sur place. La Somalie est le théâtre de combats entre le gouvernement soutenu par l’Ethiopie, et les insurgés islamistes. Plus d’une vingtaine de travailleurs humanitaires y ont été tués depuis le début de l'année, et plusieurs autres enlevés.

Hassan Dahir Aweys, qui s’est auto-proclamé chef de l'Alliance pour une nouvelle libération de la Somalie (ARS), a condamné ces violences et précisé que ses miliciens protègeraient les travailleurs humanitaires dans les secteurs qu’ils contrôlent.

Un porte parole de sa faction, Zakaria Mohamud Haji Abdi, a rejeté sur le gouvernement de transition et les troupes éthiopiennes la responsabilité des violences. Par ailleurs, la radio somalienne a déclaré que le gouvernement de transition condamne lui aussi ces attentats, qu’il impute à des insurgés qui tenteraient, selon lui, de faire dérailler un accord de paix signé en juin à Djibouti avec une autre faction somalienne plus modérée.

Récemment, le Programme alimentaire mondial (PAM) a affirmé que la violence a contraint de nombreuses ONG à renoncer à leurs missions dans le pays. Et il a souligné que la vie de millions de Somaliens est en péril en raison non seulement des attaques contre les travailleurs humanitaires mais aussi des menaces qui pèsent sur les navires qui livrent l'aide humanitaire en Somalie.

XS
SM
MD
LG