Liens d'accessibilité

Pourparlers de la dernière chance sur Doha à Genève


Ouverture à Genève de la dernière série de négociations de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) sur les accords de Doha. Il s’agit d’une rencontre de la dernière chance pour tenter de conclure enfin un traité sur la libéralisation du commerce dans le monde. De l’avis des économistes, des résultats positifs à ces pourparlers pourraient renforcer la croissance mondiale chaque année de quelques 50 milliards de dollars.

« Le moment est venu de passer des discussions aux négociations. Nous avons suffisamment discuté, il nous faut maintenant agir pour finir cette série de négociations » a déclaré le directeur général de l’OMC, Pascal Lamy.

Les Ministres participants ont dit qu'il était extrêmement important, compte tenu des incertitudes économiques mondiales, d'aboutir à un accord dans le cadre du Cycle de Doha, et ils se sont engagés à faire tout leur possible pour aplanir leurs divergences sur les projets d'accords.

Les pays en développement exigent toujours que les puissances industrialisées réduisent leurs subventions à l’agriculture et leurs tarifs. Les pays riches veulent que les pays émergents diminuent leurs droits de douanes sur les produits industriels et les services.

Mardi, les États-Unis ont offert de réduire leurs subventions agricoles pour les porter à moins de 15 milliards de dollars par an, proposition meilleure que leur offre précédente de 17 milliards. Mais la délégation brésilienne a immédiatement rejeté cette nouvelle offre, la qualifiant d’inacceptable. Il faut que les États-Unis aillent plus loin, a estimé le Brésil. Lundi, l’Union européenne avait proposé une baisse de 60 % de ses tarifs douaniers agricoles, une réduction plus importante qu’initialement annoncée, mais le Brésil, important exportateur de produits agricoles, a également rejeté cette offre. Les pourparlers se poursuivent.

XS
SM
MD
LG