Liens d'accessibilité

Etats-Unis : les compagnies aériennes tentent d’économiser du carburant


La flambée des prix des produits pétroliers affecte particulièrement les compagnies aériennes. Celles des Etats-Unis prennent des mesures pour alléger leurs avions dans l'espoir de réaliser des économies sur leur consommation de carburant.

Ainsi, US Airways a supprimé les projections de films en vol ; cela permet d'alléger ses avions de 250 kg, mais surtout d'économiser environ dix millions de dollars par an sur les factures de carburant. Une autre compagnie américaine va plus loin: elle installe des sièges moins lourds sur ses appareils et envisage d'offrir, à ses clients, des revues moins volumineuses, plus légères. American Airlines va, quant à elle, se mettre à utiliser des décalcomanies sur ses avions pour son emblème plutôt que de le peindre, là aussi pour gagner du poids. La compagnie JetBlue estime, de son côté, que si elle rallonge de deux minutes la durée de ses vols, cela va lui permettre de réaliser une économie de 13 millions de dollars par an.

Pour le commandant John Prater, l'un des responsables du syndicat des pilotes de ligne, le niveau record des prix du pétrole entraîne une véritable crise. « Nous sommes là pour crier au secours et lancer un SOS, face au prix du pétrole. »

A qui la faute? Pour les compagnies aériennes, c'est la spéculation qui alimente l'envolée des cours du brut. Celles-ci veulent que le Congrès prenne des mesures pour empêcher les spéculateurs de constituer des stocks et d'agir ainsi sur les prix. «Ce sont les capitaux qui font bouger les marchés. Et si vous retirez une partie de ces capitaux, les prix vont retomber », estime un analyste des marchés à terme, Mike Masters.

Face à l'augmentation de leurs frais d'exploitation, les compagnies aériennes sont contraintes de licencier du personnel. « Nous avons déjà annoncé, au total, 30 000 suppressions d'emploi, Et ce n'est qu'un début », a révélé James May, un responsable du syndicat des transporteurs aériens.

Au Congrès, là aussi, on s'émeut de la situation. Les sénateurs Susan Collins et Joseph Lieberman qui ont déposé un projet de réforme. « De l'avis de l'un des experts venus déposer au Congrès, la spéculation est peut être responsable de 40 à 60 dollars dans le prix du baril », souligne le sénateur du Connecticut. « Notre objectif est de faire en sorte que les marchés à terme soient transparents, concurrentiels et réglementés de façon efficace », estime sa collègue, la sénatrice Collins.

Les compagnies aériennes disent qu'en moyenne, le prix d'un billet tarif aller est actuellement de 190 dollars. Or sur ce montant, il y a pratiquement 138 dollars de frais de carburant, ce qui explique qu'en ce moment, cette industrie n'est pas assez rentable. De l'avis des spécialistes, on ne peut pas s'attendre à ce que tous les problèmes des transporteurs aériens disparaissent si les prix du pétrole se mettaient à baisser, mais cela devrait quand même avoir des répercussions positives sur le chiffre d'affaires des compagnies aériennes.

XS
SM
MD
LG