Liens d'accessibilité

L’Union africaine appelle à la formation d'un gouvernement d’unité nationale au Zimbabwe


Les chefs d'Etat et de gouvernement africains, réunis au sommet l'Union africaine à Charm el Cheikh, en Egypte, ont pris une résolution appelant à la formation d'un gouvernement d'unité nationale au Zimbabwe. Selon l'envoyé spécial de la VOA, Peter Heinlein, les participants au sommet ont demandé au président zimbabwéen Robert Mugabe et au leader de l'opposition Morgan Tsvangirai d'initier des négociations en vue de la promotion de la paix et la stabilité.

La possibilité de former un gouvernement d'unité nationale a disparu dès lors que le chef de l'état, Robert Mugabe a décidé d'organiser le second tour de la présidentielle, malgré le retrait du candidat de l'opposition, Morgan Tsvangirai, avait fait savoir, à Harare, le secrétaire général du Mouvement pour le changement démocratique avant la résolution de l'Union africaine. Pour Tendai Biti, la mascarade électorale du 27 juin rend impossible un règlement négocié de la crise politique au Zimbabwe. M. Biti a catégoriquement démenti que le MDC a eu des pourparlers avec le parti au pouvoir, la ZANU-PF.

D'autres pays, notamment l'Afrique du sud, ont demandé à la ZANU-PF d'entamer un dialogue avec l'opposition zimbabwéenne, pour parvenir à un accord de partage du pouvoir comme au Kenya. S'exprimant à Charm el Sheikh, le porte-parole du président Mugabe, George Charamba, a dit que les deux pays ont des conceptions différentes des moyens de résoudre la crise.

Les Etats Unis estiment, eux aussi, qu'une solution négociée est le seul moyen de résoudre la crise politique au Zimbabwe. Le président Robert Mugabe et son parti, la ZANU-PF, doivent impérativement entamer des négociations, avec la médiation des dirigeants africains et des Nations Unies, a indiqué unTom Casey, porte-parole du département d'Etat américain.

Les résultats de cette masquarade d’élection ne vont pas être considérés comme légitimes, note M. Casey. "En conséquence, je pense que le seul moyen d’aller de l’avant est que la ZANU-PF ou le président Mugabe acceptent d’entamer des négociations avec la SADC, l’Union africaine et l’Onu, afin de parvenir à une solution politique“, déclare le porte parole du département d’état américain. Il fait observer aussi que tout réglement négocié doit refléter le fait que le leader d’opposition , Morgan Tsvangirai a remporté le premier tour de la présidentielle et que le MDC a obtenu la majorité au parlement.

Pour le chef de la diplomatie francaise, Bernard Kouchner, l’Union européenne n’acceptera un gouvernement zimbabwéen, que s’il est dirigé par M. Tsvangirai. La France prend la présidence tournante de l’Union européenne, cette semaine.



XS
SM
MD
LG