Liens d'accessibilité

Les dirigeants de l’Afrique australe au chevet de la crise politique zimbabwéenne


Une réunion d’urgence des dirigeants des dirigeants des pays membres de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) s'est tenue mercredi, au Swaziland, pour discuter de la crise politique au Zimbabwe.

Dans un communiqué, le gouvernement tanzanien a précisé que la rencontre rassemblera non seulement les dirigeants politiques de la SADC, mais ses responsables de la défense et de la sécurité. Le président sud-africain Thabo Mbéki a également été convié aux pourparlers.

Robert Mugabe refuse de céder aux pressions internationales et de reporter le second tour de l’élection présidentielle au Zimbabwe, prévu vendredi. Et ce en dépit de la décision de son rival, Morgan Tsvangirai, de se retirer du scrutin.

Mardi, M. Mugabe a dit lors d’un rassemblement à Harare qu’il serait disposé à négocier avec l’opposition, mais que le processus électoral doit continuer. Le Conseil de sécurité de l’ONU, les États-Unis et divers autres pays ont appelé au report du second tour, faisant valoir qu’il ne serait ni libre, ni juste vu la campagne de violences et intimidations dont l’opposition est victime.

La communauté internationale rejettera toute tentative de Robert Mugabe de se déclarer président, s’il refuse de reporter le second tour, a averti un porte-parole du département d'État, Tom Casey. On ne saurait considérer le scrutin comme légitime si l’opposition n’y participe pas et le Zimbabwe devra assumer les conséquences de sa décision s’il se dote d’un gouvernement que personne ne considère comme crédible, a ajouté M. Casey.

XS
SM
MD
LG