Liens d'accessibilité

Europe : Amnesty s’insurge contre l’absence d’enquête sur les transfèrements extrajudiciaires par les Etats-Unis


Amnesty International reproche aux gouvernements européens de n'avoir diligenté aucune enquête sur les allégations de collusion avec le gouvernement américain pour transporter illégalement des terroristes présumés, pour y être interrogés à l'étranger en dehors de tout contrôle judiciaire.

Dans un rapport publié mardi, l'organisation de défense des droits de la personne humaine basée à Londres accuse les gouvernements européens de déni de justice. Une telle mise en cause n'est pas vraiment nouvelle. Le Conseil de l'Europe et le Parlement européen avaient déjà publié leurs propres rapports à ce sujet. Amnesty International va un peu plus loin. « L'une des principales conclusions de notre rapport est que les gouvernements européens et les institutions européennes n'ont rien fait au sujet de ce scandale. Ils ont failli à leur obligation de rendre compte », le coordonnateur d'Amnesty pour les questions de lutte antiterroriste, Daniel Gorevan.

Le rapport d'Amnesty cite six cas de détentions secrètes de terroristes présumés ayant, par ailleurs, fait l'objet de transports aériens clandestins. L'un d'eux est un Allemand, du nom de Khaled El Masri. L'intéresse a porté plainte, en début juin, pour obliger son gouvernement à demander l'extradition de 13 agents de la CIA soupçonnés de l'avoir enlevé en Macédoine en 2003. Masri avait été, par la suite, emmené dans un centre de détention américain en Afghanistan et torturé avant d'être relâché en 2004.

« Il est clair, dit Daniel Gorevan, que les gouvernements européens ont été diversement impliqués, qu'il s'agisse de centres de détentions à régime sévère ou sites noirs, ou des allégations selon lesquelles des pays comme la Pologne et la Roumanie auraient autorisé l'atterrissage d'avions clandestins dans leurs aéroports. »

La Roumanie a nié toute implication. En début 2008 le gouvernement britannique a reconnu que des avions américains transportant des suspects ont fait escale sur son sol pour faire le plein. Londres avait affirmé dans le passé qu'il n'existait pas de preuves à ce sujet.

Pour sa part, le gouvernement américain a nié avoir entretenu des prisons secrètes à l'étranger.


XS
SM
MD
LG