Liens d'accessibilité

Tchad :  « l’Union européenne n’a pour mandat de s’occuper des rebelles », souligne la porte-parole de Javier Solana


Le gouvernement tchadien a fait état, mardi, d'une attaque de l'armée soudanaise contre la garnison d'Adé dans l'Est du pays, région où les rebelles de l'Alliance nationale sont passés à l'offensive, la semaine dernière. N'Djaména accuse les troupes soudanaises de soutenir ces rebelles et d'avoir déployé des troupes au sol appuyées par des hélicoptères dans leur dernière incursion. Les rebelles tchadiens disent, pour leur part, avoir pris la localité d'Am Zoer, et fait prisonnier un officier de haut rang. ils ont attaqué trois autres villes, la semaine dernière dans ce qu'ils appellent une offensive visant N'Djamena.

Dans un discours à la nation, lundi, le président tchadien Idriss Déby Itno a accusé la communauté internationale d'ourdir un complot contre son pays. Il s'en est particulièrement pris à l'Eufor, la force européenne déployée dans l'Est du Tchad, l'accusant d'avoir laissé les rebelles emporter les véhicules des humanitaires et piller les stocks de vivres et de carburants tout en « fermant les yeux devant le massacre programmé des populations civiles et les réfugiés. » Le chef de l'Etat tchadien souhaiterait que l'Eufor « s'engage dans les combats », qu'elle puisse « sécuriser la frontière avec le Soudan et qu'elle puisse avoir la possibilité de maîtriser la rébellion », explique Gata Nder, directeur de publication de l'hebdomadaire tchadien « L'Observateur. »

L'Union européenne n'a reçu « aucune communication directe, ni indirecte des autorités tchadiennes » faisant état d'un mécontentement par rapport à la mission de l'Eufor, a déclaré, de son côté, Cristina Gallach, porte-parole du chef de la diplomatie européenne, Javier Solana. Mme Gallach a indiqué que l'Eufor, conformément à sa mission, a renforcé la protection des camps de réfugiés dans l'Est du Tchad et procédé à l'évacuation des agents humanitaires qui le souhaitaient. Rappelant les importants effectifs militaires déployés par le gouvernement de N'Djaména dans l'Est du Tchad, la porte-parole de Javier Solana a précisé : « l'Union européenne n'a pas comme mandat de s'occuper des rebelles ; ça c'est la responsabilité (…) des autorités. »

XS
SM
MD
LG